L’essentiel

En Suisse, l’espérance de vie a reculé en 2020 à 81 ans pour les hommes et à 85,1 ans pour les femmes.

A Hongkong, le principal lobby du secteur financier dénonce ce lundi la politique «zéro Covid» menée par les autorités sur le territoire.

Moderna annonce ce lundi des résultats positifs pour son vaccin contre le Covid-19 chez les enfants de 6 à 11 ans.

L’Open d’Australie fait une entorse aux règles pour accueillir plus de champions non-vaccinés, dont Novak Djokovic.

Retrouvez notre suivi de la journée de dimanche.

 


■ L'autorité européenne recommande la 3e dose pour le Moderna

L'Agence européenne des médicaments a approuvé lundi l'administration de doses de rappel du vaccin anti-Covid Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus. Spikevax est le deuxième rappel à recevoir le feu vert après le vaccin de Pfizer/Biontech au début du mois.

«Les données ont montré qu'une troisième dose de Spikevax administrée six à huit mois après la deuxième dose a entraîné une augmentation des niveaux d'anticorps chez les adultes dont les niveaux d'anticorps diminuaient», a déclaré l'Agence européenne. La dose de rappel consiste en la moitié de la dose utilisée après les premières injections.


■ Facebook retire une vidéo où Bolsonaro lie vaccin et sida

Facebook a retiré de sa plateforme une vidéo dans laquelle le président brésilien, Jair Bolsonaro, ralayait une fausse information associant la vaccination contre le Covid-19 au sida. Lors de sa dernière vidéo en direct hebdomadaire, jeudi dernier, Bolsonaro avait mentionné les informations d'un article selon lequel des rapports officiels du gouvernement britannique montreraient que les personnes ayant reçu deux doses de vaccin pourraient «développer le syndrome d'immunodéficience acquise (sida).»

Je vous recommande la lecture de cet article. Je ne vais pas le lire ici parce que je risque d'avoir de problèmes», avait-il déclaré, semblant anticiper la possible suppression de ce contenu par le réseau social.

En mars, Facebook avait déjà retiré une vidéo dans laquelle on pouvait voir Jair Bolsonaro provoquer un rassemblement en pleine deuxième vague de contaminations au Brésil, avec plus de 2 500 morts en moyenne par jour. Mais c'est la première fois qu'un de ses directs hebdomadaires du jeudi est affecté par une telle mesure.

Les informations de l'article en question sur les vaccins et le sida ont été démenties par le gouvernement britannique auprès d'AFP factuel, le service de fact-checking de l'AFP. La Société Brésilienne d'Infectiologie a émis samedi un communiqué dans lequel elle assure qu'il n'y a «aucun lien connu entre des vaccins anticovid et le syndrome d'immunodéficience acquise.»

Le président d'extrême droite a multiplié les déclarations controversées sur les vaccins, allant jusqu'à affirmer, l'an dernier, que celui de Pfizer pourrait «transformer (les gens) en crocodile.» Le chef de l'Etat a longtemps dit qu'il serait «le dernier Brésilien» a être immunisé, avant d'annoncer récemment qu'il avait totalement renoncé à se faire vacciner.


■ En Suisse, 11 minutes sans vérification ou émission de certificats

Les certificats Covid ont connu des problèmes ce lundi après-midi. Leur émission et leur vérification étaient impossibles durant un cours laps de temps. Des problèmes similaires avaient déjà été constatés il y a un peu plus d'une semaine. Selon l'Office fédéral de la technologie de l'information (OFIT), le problème a duré de 15h03 à 15h14.

Des problèmes techniques avaient déjà été rencontrés avec les certificats le vendredi 15 octobre. Vers 19h30, le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une «signature non valable.» Selon l'OFIT, cette situation était due à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne. Vers 20h30, le problème a été résolu. Les détenteurs de certificats étrangers ont eux dû attendre jusqu'à 22h30 avant de pouvoir les utiliser à nouveau. 

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, concerts, etc). Pour l'obtenir, il faut être guéri, testé ou vacciné 


■ Quelques nouvelles en images

La police paramilitaire chinoise portant des lunettes et des masques de protection, photographiée en train de marcher en formation au Yanqing National Sliding Center, lors d’un événement-test en vue des Jeux olympiques d’hiver de 2022, à Pékin, le 25 octobre 2021:

Des personnes en train de se déplacer à bord de l'«Impfexpress» ou «Vaccination-Express», un des tramways qui propose de se faire vacciner tout en traversant la ville de Francfort, en Allemagne, le 25 octobre 2021:

Des élèves arrivent pour assister aux cours donnés dans une école publique à Bangalore, en Inde, ce 25 octobre 2021. Le gouvernement de l’Etat du Karnataka a autorisé la réouverture des écoles ce lundi, si celles-ci respectent les directives anti-Covid 19:

Des portraits de médecins décédés du COVID-19 sont exposés à Lima, au Pérou. Le Collège médical péruvien indique qu’au moins 543 médecins sont morts de complications liées au coronavirus depuis le début de la pandémie:

Des personnes font la queue pour se faire vacciner contre le Covid-19 à Prague, en République tchèque, ce lundi 25 octobre 2021. Le pays est frappé par une forte augmentation des nouveaux cas, un niveau jamais atteint depuis la fin du mois d’avril:

Une bannière «Welcome Back to School» est accrochée à la barrière du lycée Fairvale de Sydney alors que les élèves reprennent le chemin de l’école ce 25 octobre en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie:

Un ouvrier décharge des boîtes du lot de vaccins Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 donnés au Népal par le gouvernement américain, dans un entrepôt frigorifique à Katmandou, le 25 octobre 2021:

Une femme portant un masque de protection regarde des vêtements dans un magasin à Michalovce, en Slovaquie, ce lundi 25 octobre 2021. La vague s’intensifie et la Slovaquie a étendu ce jour les mesures sanitaires à davantage de régions du pays, principalement situées dans le Nord, à la frontière avec la Pologne et la République tchèque:


■ Des soignants russes accusés d’avoir vendu de faux certificats de vaccination

Alors que le pays est confronté à une vague meurtrière, les autorités russes enquêtaient lundi sur un médecin et trois infirmières de Saint-Pétersbourg accusés d’avoir émis des certificats officiels – sans avoir procédé aux injections – en échange de pots-de-vin totalisant plus de 100 000 roubles, soit 1314 francs.

Les fausses vaccinations des patients étaient ensuite intégrées au sein du registre national des personnes protégées contre le Covid-19. Au moins douze personnes ont bénéficié de ce système. Dimanche, un tribunal de Saint-Pétersbourg a interdit au médecin de quitter la ville le temps de l’enquête. Selon la presse locale, les enquêteurs ont découvert lors des perquisitions 40 ampoules de vaccins dissimulées.

Saint-Pétersbourg est la deuxième ville la plus touchée par la pandémie de coronavirus en Russie. Ce pays est le plus touché en Europe. Il enregistre chaque jour des records de décès et de contaminations, ce qui a poussé les autorités à décréter une semaine chômée et de nouvelles restrictions.

Le Kremlin se refuse toutefois à ordonner un confinement national afin de préserver une économie fragile. Méfiante, à peine 32% de la population est totalement vaccinée à ce jour, malgré le développement de plusieurs vaccins nationaux. Depuis le début de la pandémie, les autorités ont ouvert des dizaines d’enquêtes pour falsification de papiers médicaux, du certificat de vaccination jusqu’au pass sanitaire.


■ L’Iran rouvre ses portes aux touristes vaccinés

Après près de vingt mois de fermeture en raison de la crise sanitaire, l’Iran, pays le plus touché du Moyen-Orient par la pandémie de Covid-19, a rouvert ses frontières aux touristes vaccinés.

«A la demande du ministère, le Comité national de lutte contre le coronavirus a approuvé l’ouverture des frontières du pays aux touristes étrangers», peut-on lire dans un communiqué du vice-ministre iranien du Tourisme et du Patrimoine culturel publié ce lundi.

Les touristes ayant reçu deux doses de vaccin anti-Covid et présentant un certificat du test PCR négatif de moins de 96 heures peuvent obtenir un visa.

Cette décision n’inclut toutefois pas les voyageurs des pays considérés à «haut risque par l’Organisation mondiale de la santé.» Selon le ministère du tourisme, le manque à gagner dans le secteur du tourisme s’est élevé durant l’année 2020/2021 à 1,2 milliard de dollars.


■ Une étude de l’EPFL ouvre la voie à de nouveaux traitements

Une équipe de recherche de l’EPFL a ciblé le rôle essentiel joué par une enzyme dans le processus d’infection au coronavirus, signant ainsi une «étude révolutionnaire» publiée dans la revue scientifique américaine Developmental Cell le 1er octobre 2021. Les résultats obtenus ouvrent la voie à de nouveaux traitements antiviraux. ZDHHC20: c’est le nom de la principale enzyme responsable d’une série de modifications qui surviennent sur la membrane du SARS-CoV-2, l’actuel coronavirus.

C’est donc elle qui permet – indirectement – à l’agent infectieux de mieux pénétrer les cellules humaines, et de favoriser l’infection, explique l’EPFL dans un communiqué. Ces modifications chimiques portent un nom. Il s’agit du processus de S-acylation, souvent appelé «palmitylation.» Cette dernière transforme les protéines qui organisent la membrane du coronavirus en fixant des acides gras sur des sites spécifiques d’acides aminés qui la composent en vue de les aider à remplir leurs fonctions.

Parmi les cibles principales: la protéine Spike, qui forme la fameuse «couronne» des coronavirus. Elle est la première à établir le contact entre le virus et la cellule attaquée. C’est également grâce à elle que leur fusion est possible, et que le développement infectieux peut se poursuivre. Comme toutes les protéines, Spike est formée d’une chaîne d’acides aminés. La particularité? Sur les 20 acides aminés qui la constituent, pas moins de 10 sont transformés au moment de l’infection.

La protéine Spike du SARS-CoV-2 est en fait la protéine la plus palmitoylée connue à ce jour», déclare la professeure Gisou van der Goot, qui a dirigé l’étude.

«La S-acylation des protéines Spike est essentielle à la formation de virus hautement infectieux», résume l’EPFL. Et les médicaments qui interfèrent avec ce processus empêchent «efficacement le SARS-CoV-2 d’infecter les cellules.» Les enzymes impliquées dans la S-acylation constituent ainsi de nouvelles cibles thérapeutiques antivirales. Ces résultats pourraient également aider le développement de nouveaux traitements contre d’autres virus comme l’herpès et la grippe.


■ Une réponse immunitaire «robuste» du vaccin de Moderna chez les enfants de 6 à 11 ans

Moderna annonce ce lundi des résultats positifs pour son vaccin contre le Covid-19 chez les enfants de 6 à 11 ans, données qu’elle prévoit de soumettre aux régulateurs dans le monde «à court terme» en vue d’une autorisation.

Les essais cliniques menés sur plus de 4700 enfants de cette tranche d’âge ont montré une réponse immunitaire «robuste» en termes de niveaux d’anticorps, et un «profil de sécurité favorable», déclare Moderna dans un communiqué.


■ Le rythme de vaccination baisse en Suisse

Du 18 octobre au 24 octobre, 144 723 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Avec en moyenne, 20 675 vaccinations effectuées par jour, le rythme des injections a ralenti de 15%, comparé à la semaine précédente.

Au total, 62,9% de la population est entièrement vaccinée, selon les données publiées ce lundi sur le site de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il y a 7 jours, le taux de vaccination s’élevait à 62%.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 11 026 244 doses de vaccin ont été administrées. 5 474 968 personnes ont reçu deux doses de sérum et 76 308 jusqu’à présent une seule piqûre.


■ En Suisse, 3297 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), la Suisse compte lundi 3297 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 15 décès supplémentaires et 49 malades ont été hospitalisés.

  • Durant les dernières 72 heures, les résultats de 64 922 tests ont été transmis
  • Le taux de positivité s’élève à 5,08%
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 14 769, soit 169,58 nouvelles infections pour 100 000 habitants
  • Le taux de reproduction – qui a un délai d’une dizaine de jours – est de 1,24
  • Les patients Covid-19 occupent 12,3% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 69,2%
  • 62,9% de la population est entièrement vaccinée
  • Le pays dénombre par ailleurs 7961 personnes en isolement
  • 5400 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine

■ L’Agence européenne des médicaments se penche sur la pilule anti-Covid de Merck

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé lundi le lancement de l’examen accéléré de la pilule contre le Covid-19 du laboratoire américain Merck, un remède facile à administrer appelé à devenir un outil crucial dans la lutte contre la pandémie, car complémentaire des vaccins.

«Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA a lancé un examen continu du médicament antiviral oral molnupiravir […] développé par Merck […] pour le traitement du Covid-19 chez les adultes», ce qui permet d’accélérer la procédure, a déclaré dans un communiqué le régulateur européen installé à Amsterdam.


■ Le Chancelier britannique veut remettre le budget sur les rails

Le ministre des Finances britannique, Rishi Sunak, présente mercredi prochain son nouveau budget et il entend redresser les finances du gouvernement après l’envolée de la dette avec la pandémie tout en mettant l’accent sur la santé et les infrastructures.

Lire aussi: Covid ou Brexit? Le Royaume-Uni fait face à des pénuries en tout genre

«Ce sera un budget serré», préviennent les analystes de Capital Economics. Le Trésor britannique a déjà annoncé ce week-end plusieurs dizaines de milliards de livres de dépenses, dont une nouvelle enveloppe de 6 milliards pour réduire les énormes retards de soins de santé accumulés pendant la pandémie ou encore 5 milliards destinés à l’innovation dans le secteur médical.

«Le coût de la vie fait mal à des millions» de Britanniques, a dénoncé sur Twitter Rachel Reeves, principale responsable du parti travailliste d’opposition. Elle ajoute qu'«au lieu de ne rien faire, les Conservateurs devraient faire tout ce qui est en leur pouvoir pour aider les gens face à leurs factures d’énergie qui grimpent.»

Lire également: Les «achats de panique» aggravent la pénurie de carburants au Royaume-Uni

Un fond de 500 millions de livres pour aider les plus modestes à faire face aux factures énergétiques et d’alimentation cet hiver a été annoncé début octobre à la suite d’une baisse des minimas sociaux. Selon des informations de presse, une hausse du salaire minimum serait également dans les tuyaux.


■ Le point sur la pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions

  • La pandémie de Covid-19 prendra fin «lorsque le monde choisira d’y mettre fin» car «tous les outils» sont désormais disponibles pour combattre le virus, a déclaré dimanche lors d’une conférence à Berlin le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, renouvelant ses appels à une distribution plus équitable des vaccins.  Il a déploré que jusqu’ici «le monde n’ait pas utilisé ces outils à bon escient», soulignant qu’avec «près de 50 000 décès par semaine» dans le monde, «la pandémie est loin d’être terminée.»

 

  • Ed Sheeran, star britannique de la pop, a annoncé dimanche avoir été testé positif au Covid-19, à moins d’une semaine de la très attendue sortie de son nouvel album «=» qui sortira le 29 octobre. «Je ne vais pas pouvoir remplir mes engagements en personne pour l’instant et je vais faire le maximum des interviews et des performances prévues depuis chez moi», a fait savoir le compositeur et interprète du succès mondial «Shape of You» (2017).

 

  • Le marathon de Wuhan, qui devait se tenir dimanche, a été reporté au pied levé alors que l’inquiétude grandit d’une résurgence du coronavirus en Chine à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin.  La Chine a signalé ce jour-là 26 nouveaux cas de Covid-19 dans le pays, à un peu plus de 100 jours du début des Jeux.  La 40e édition du marathon de Pékin, prévue le week-end prochain, pourrait également être retardée, rapporte le média local Beijing Daily.

 

  • L’international français de l’AC Milan Théo Hernandez, testé positif au Covid-19 le 13 octobre dernier, va pouvoir sortir de son isolement et retrouver le groupe milanais après un test négatif, a annoncé ce dimanche le club de football rossonero.

 

  • Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 735 930 morts*, suivis du Brésil (605 644), de l’Inde (454 269), du Mexique (286 259) et de la Russie (230 600).

*L’OMS estime que le bilan global de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé


■ Les joueuses non-vaccinées bienvenues à l’Open d’Australie

Selon un mail de la WTA obtenu et publié par un journaliste du New York Times, les joueuses de tennis non-vaccinées contre le Covid-19 pourront participer à l’Open d’Australie en janvier moyennant une quarantaine et des tests réguliers. L’information contredit des propos tenus par plusieurs hauts responsables australiens. Pour obtenir un visa, «tout visiteur en Australie devra être doublement vacciné» affirmait il y a quelques jours le ministre fédéral de l’Immigration, Alex Hawke.

La décision annoncée dans le mail de la WTA s’appliquera vraisemblablement aussi aux joueurs du tour masculin, ce qui permettrait au numéro un mondial Novak Djokovic de participer. Le Serbe, tenant du titre à Melbourne et en quête d’un historique 21e titre en Grand Chelem, a par le passé publiquement pris position contre les vaccins, refusant de dire s’il avait lui-même été vacciné contre le coronavirus.

Selon le mail de la WTA, les joueuses vaccinées n’auront pas besoin d’effectuer une quarantaine à l’arrivée, ni de se cloîtrer dans des «bulles» sanitaires, et jouiront d’une «totale liberté de mouvement.» En revanche, poursuit le document, les non-vaccinées devront subir 14 jours de quarantaine en hôtel et des tests réguliers.

Le ministre des Sports de l’Etat de Victoria, Martin Pakula a néanmoins déclaré: «Nous sommes encore en train de discuter […] pour savoir si la règle pour les arrivées internationales de non-vaccinés sera 14 jours de quarantaine ou bien la non-acceptation dans le pays. Cela ne devrait pas être décidé avant environ deux semaines.»


■ Le lobby financier dénonce la politique d’isolement d’Hongkong

Le principal lobby du secteur financier d’Hongkong dénonce ce lundi la politique «zéro Covid» menée par les autorités du territoire, estimant que les longues quarantaines imposées aux voyageurs nuisent fortement à la réputation de la ville dans le monde des affaires.

Hongkong a été largement épargné par la pandémie, avec seulement 213 morts et un peu plus de 12 000 cas au total pour 7 millions d’habitants. Mais cela s’est fait au prix d’un isolement draconien, avec notamment une quarantaine imposée à tout nouvel arrivant, même complètement vacciné, pouvant aller jusqu’à 21 jours.

Cette stratégie nuirait à la position d’Hongkong par rapport aux places financières concurrentes comme Londres, New York, Paris, Singapour et Tokyo, qui ont choisi d’apprendre à vivre avec le Covid-19. «Le statut d’Hongkong en tant que centre financier international est de plus en plus menacé, de même que sa reprise économique à long terme et sa compétitivité en tant que ville d’affaires», avertit l’Asia Securities Industry and Financial Markets Association (Asifma) – principale association du secteur financier de la ville – dans une lettre adressée au ministre des Finances du territoire, Paul Chan.

Près des trois quarts des sociétés membres de l’Asifma se plaignent d’avoir du mal à attirer ou retenir à Hongkong de nouveaux talents. Et près de la moitié envisagent de déplacer ailleurs une partie de leurs opérations et de leur personnel.


■ La désinformation a atteint la Suisse, mue par la crise pandémique

La désinformation est devenue un problème important en Suisse suite à la pandémie, selon la moitié de la population. Réseaux sociaux, médias alternatifs et portails vidéo sont montrés du doigt. La qualité médiatique est toutefois restée stable dans l’ensemble.

Lire aussi: Les mesures insuffisantes des réseaux sociaux pour lutter contre la désinformation médicale

Pour 49% des personnes interrogées par le Centre de recherche sur le public et la société (fög) dans le cadre des Annales 2021 sur la qualité des médias, la désinformation est un problème «important» ou «très important.» Surtout pour la gestion de crises sociétales. Près d’un quart de la population déclare tomber «souvent» ou «très souvent» sur de fausses informations.

D’après les participants à cette étude représentative de l’institut universitaire zurichois, les principales sources de désinformation sont les réseaux sociaux (62%). Suivent les médias alternatifs (39%), les portails vidéo (36%) et les applications de messagerie (28%).

Lire également: Une mystérieuse agence approche des influenceurs pour critiquer le vaccin Pfizer

Les médias journalistiques tels que les sites d’informations (20%) ou la télévision (13%) sont moins souvent cités comme source de désinformation. Au contraire, la population se base sur les infos issues des médias journalistiques (61%), de la Confédération et des autorités (68%) pour vérifier le contenu des «fake news.»


■ Le Covid-19 a fait baisser l’espérance de vie en Suisse

La pandémie de coronavirus a fait chuter l’espérance de vie à la naissance en Suisse. En Suisse, l’espérance de vie a reculé en 2020 à 81 ans pour les hommes et à 85,1 ans pour les femmes, soit 0,9 et 0,5 an par rapport à 2019. Une telle diminution n’avait pas été observée depuis 1944 chez les hommes et 1962 chez les femmes, indique lundi l’Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué.

L’espérance de vie a reculé de façon particulièrement marquée pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Entre 2019 et 2020, leur espérance de vie a reculé de 0,7 an pour les hommes et 0,5 an pour les femmes, en raison des décès liés au Covid. L’espérance de vie à 65 ans des hommes a diminué de 20 ans à 19,3 ans, tandis que celle des femmes est passée de 22,7 ans à 22,2 ans.


■ Les habitants de l’île de Pâques votent contre la réouverture aux touristes

Les habitants de l’île de Pâques, au large du Chili, coupés du monde depuis plus d’un an et demi en raison de la pandémie de coronavirus, ont voté dimanche à 67% contre la réouverture de l’île aux touristes.

Le «non» l’a emporté avec 649 votes, contre 320 pour le «oui» et trois votes nuls, a détaillé sur les réseaux sociaux la communauté locale Ma’u Henua, qui administre le parc national Rapa Nui. Seules 972 personnes ont pris part au vote – soit moins de 20% des habitants appelés aux urnes.

Le résultat du vote n’est pas contraignant et la décision finale reviendra aux autorités sanitaires de la région de Valparaiso, dont dépend l’île, ou du ministère de la Santé qui n’a pas encore dit s’il comptait se plier ou non à la consultation. Les habitants de l’île n’ont pas vu un seul touriste depuis mars 2020 et l’imposition de l’état d’exception au Chili avec des restrictions sanitaires face au coronavirus. Le pays a enregistré plus de 1,6 million de cas et plus de 36 000 décès depuis le début de la pandémie.

Pour sa part, l’île comptabilise à ce jour huit cas et aucun nouveau cas depuis septembre 2020 et il n’y a pas eu de décès pendant la pandémie, selon les données des autorités locales. 73,1% de la population est vaccinée contre le Covid-19 sur l’Ile de Pâques mais le centre médical de Hanga Roa, la capitale, ne dispose d’aucune unité de soins intensifs.