Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans la vieille ville de Varsovie, des dizaines de milliers de femmes en noir, ce lundi.
© AGENCJA GAZETA

Europe

L’avortement ne sera finalement pas complètement interdit en Pologne

Après le gouvernement hier, c’est le parlement qui à son tour a reculé ce jeudi. Des exceptions subsisteront à l’interdiction de l’IVG. C’est une victoire pour les Polonaises, qui avaient manifesté massivement contre le projet de la droite ultra-conservatrice de les supprimer

Le parlement polonais a rejeté jeudi par une importante majorité de voix la proposition de loi interdisant pratiquement complètement l'avortement. 

Le texte a été rejeté par 352 députés de la majorité conservatrice et de l'opposition. Cinquante-huit députés se sont prononcés pour son adoption, alors que 18 se sont abstenus.

L'avortement reste interdit, sauf risque vital pour la mère, pathologie grave chez l'embryon ou viol. Ce sont ces deux dernières exceptions que la droite conservatrice voulait supprimer. La proposition examinée n'aurait laissé impunie qu'une intervention pour sauver la vie de la femme. Elle fixait la peine de prison maximale pour la femme qui avorte à cinq ans de prison, tout en permettant au juge de renoncer à la punir.

L'animateur de la fondation pro-vie à l'origine de l’initiative, Mariusz Dzierzawski, a dénoncé avec amertume «l'hypocrisie» du PiS le parti au pouvoir. 

«Les électeurs qui ont soutenu le PiS peuvent se sentir trompés. (...) Je pense que Jaroslaw Kaczynski considère sincèrement que les enfants malades doivent être avortés», a-t-il dit, affirmant que son mouvement allait poursuivre son action. 

Le grand virage dans l'urgence du gouvernement qui a «réfléchi»

Le tournant pris par le parti conservateur est apparu au grand jour mercredi soir. Quarante-huit heures après des manifestations ayant réuni quelque 100 000 «femmes en grève» vêtues de noir pour protester contre la proposition de loi envoyée en commission parlementaire, cette dernière a voté pour le rejet de ce texte.

Les protestations de lundi «nous ont fait réfléchir et nous ont donné une leçon d'humilité», a admis le ministre de la Science et de l'Enseignement supérieur, Jaroslaw Gowin. 

«Votre position en commission résulte de la panique qui vous a saisis après les protestations de lundi», a asséné en commission une députée de Plate-forme civique (PO, opposition), Joanna Mucha. «Les Polonaises ne permettront pas que vous les conduisiez à l'abattoir comme des moutons. Le troupeau va vous piétiner», a-t-elle lancé.

Le projet a également suscité l'émotion en Europe, au moment où les relations entre Varsovie et Bruxelles sont déjà tendues sur plusieurs autres dossiers. Le Parlement européen s'est saisi de ce dossier mercredi et de nombreux députés y ont vivement critiqué le texte lors d'un débat.

La mobilisation a également été très forte sur les réseaux sociaux, en Pologne et en Europe.

Lire:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a