Il est professeur de droit à Harvard et considéré comme un des papes du droit du cyberespace et de la neutralité du Net. A 55 ans, il aurait pu simplement poursuivre une brillante carrière académique. Lawrence Lessig n’est pourtant pas de ces gens qui se contentent de l’acquis. Il est candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle 2016.

Lire aussi notre présentation interactive des candidats

Lawrence avait promis de se porter candidat s’il réussissait à lever un million de dollars par financement participatif (crowdfunding). Il est passé à l’acte le 6 septembre dernier. Mais le Parti démocrate lui met des bâtons dans les roues, en tentant de lui barrer la route avant que ne commencent les primaires en février prochain. En attendant de connaître son sort au sein de son propre parti, Lawrence Lessig explique au Temps les raisons de sa candidature «référendum».

Une candidature référendum, c’est plutôt inhabituel dans les campagnes présidentielles américaines?

L’idée d’une candidature référendum vient du constat qu’il devient urgent de trouver un moyen de restaurer la démocratie américaine qui est mal en point. Car si nous ne la réparons pas, nous n’arriverons jamais à résoudre les problèmes auxquels fait face l’Amérique d’aujourd’hui. Nous n’arriverons pas à adopter une législation digne de ce nom pour lutter contre le changement climatique. Nous ne pourrons pas améliorer le système de santé. Je suis convaincu qu’un président normal, qui a été élu en focalisant son discours de campagne sur six à sept questions ne peut pas réussir et obtenir du Congrès les changements nécessaires. A voir comment fonctionne Washington, il n’a aucune chance d’obtenir un mandat suffisamment fort pour défier le statu quo. C’est pourquoi il est impératif de créer les conditions permettant de confier au futur président un super-mandat lui permettant de sommer le Congrès de respecter la volonté du peuple américain.

Jusqu’où pensez-vous pouvoir aller?

Personne ne peut prédire ce qu’il va se passer dans cette campagne électorale. Tout le monde prédisait un combat entre Hillary Clinton et Jeb Bush. Pour l’heure, cette prédiction s’avère fausse. En ce qui me concerne, je vais tout faire pour apparaître comme un candidat crédible et pour participer aux débats démocrates. Si j’y parviens, je pense que mon message en tant que candidat non conventionnel aura un écho auprès du peuple américain. En expliquant que je vais changer ce gouvernement corrompu, je pense pouvoir rallier une bonne part de la base démocrate. Et je ne dis pas que je serai le président des quatre à huit ans à venir. En fait, je veux occuper la fonction pour la période la plus brève possible et passer le relais à Hillary Clinton, Bernie Sanders ou Elizabeth Warren. L’important, c’est de réparer notre démocratie afin qu’on puisse gouverner correctement.

Quel serait l’impact qui vous satisferait sur la campagne démocrate?

Je serais bien sûr ravi de l’emporter et de convaincre tous les autres candidats de faire de la restauration de la démocratie leur priorité. J’aimerais que les Américains reconnaissent que si nous ne changeons pas la manière dont les élections sont financées, nous ne restaurerons jamais notre démocratie. J’ai besoin d’avoir au moins 1% dans les sondages. Mais certains instituts de sondage refusent de m’inclure dans leurs statistiques.

Vous estimez que la démocratie représentative aux Etats-Unis est en danger. Pourquoi?

Des chercheurs ont mené des recherches empiriques sur les décisions prises par notre gouvernement au fil de l’Histoire. Ils ont constaté qu’il n’y a aucun rapport entre ce que l’électeur moyen souhaite et ce que fait le gouvernement. Il y a en revanche une relation étroite entre ce que l’élite économique veut et ce que le gouvernement entreprend et ce que les lobbies visent et ce que le gouvernement réalise. La raison? Le pouvoir politique aux Etats-Unis est concentré dans les mains d’un nombre incroyablement petit de personnes. Quatre cents familles financent plus de la moitié des élections. Il est dès lors facile d’orienter l’action gouvernementale dans une direction qui satisfasse les bailleurs de fonds et loin de l’action politique souhaitée par une majorité de citoyens. Nous parlons de démocratie représentative, car chacun devrait être représenté de façon égale. On en est loin.

L’Amérique ressemble-t-elle à une société russe où les oligarques dominent?

Je n’aime pas ces termes. Je dirais simplement que ce n’est plus une démocratie représentative.

Washington, disent les mauvaises langues, est gangrené par les lobbies du pétrole, du charbon, de la santé, etc.

Ces lobbies deviennent les principaux bailleurs de fonds des campagnes électorales. Les élus du Congrès passent entre 30 et 70% de leur temps à lever des fonds pour leur campagne. Ils deviennent extraordinairement dépendants de leurs bailleurs de fonds. Si vous êtes prêts à dépenser beaucoup d’argent, vous devenez un personnage essentiel pour ces élus qui ont besoin de votre argent. Par conséquent, les élus ne vont rien faire qui puissent fâcher leurs donateurs.

Quelles sont les réformes que vous appelez de vos vœux?

La manière dont les campagnes électorales sont financées en est une. Il faut aussi mettre fin au gerrymandering, cette technique de redécoupage des circonscriptions électorales qui permet aux candidats de choisir leurs électeurs plutôt que l’inverse. Nous devons aussi empêcher ces tentatives stupides qui visent à supprimer le vote en organisant des scrutins les jours de travail ou en rendant difficile pour certaines catégories de citoyens de remplir les exigences posées par les autorités (cartes d’identité). En nous battant pour l’égalité devant les urnes, nous avons une chance de mettre fin au capitalisme de copinage.

Le président, Barack Obama, a conscience du problème lié au financement des campagnes électorales. Mais par pragmatisme, pour être élu, il n’a rien fait pour changer le système…

Il avait déclaré en campagne électorale qu’il fallait s’atteler à résoudre ce problème, sans quoi nos enfants devront le résoudre à notre place. Mais il n’a rien fait. Pour moi, le fait qu’il n’a pas mené le combat est un échec énorme de sa présidence, même si son administration a obtenu des succès considérables sur plusieurs fronts. Mais cette omission de sa part nous laisse dans une situation où le combat sera encore plus difficile.

D’une certaine manière, le candidat républicain Donald Trump, qui ne dépend que de son argent personnel, vous rejoint…

En effet. Il n’arrête pas de dire que les politiques sont dépendants de leurs bailleurs de fonds, qu’ils ne peuvent pas prendre de décision dans l’intérêt du bien commun, mais seulement dans celui des donateurs. C’est exactement ce que je dis. A voir comment il arrive à convaincre des gens à droite, je pense qu’on peut en faire de même dans le camp démocrate. Donald Trump a tort sur 1001 points, mais là, il faut le reconnaître, il a raison.

Les prochaines élections de novembre 2016 pourraient à nouveau coûter plus de 6 milliards de dollars grâce à l’apport de milliardaires tels que les frères Koch ou le magnat des casinos Sheldon Adelson

Ma préoccupation, ce n’est pas le niveau des dépenses électorales. Je ne sais personnellement pas quel devrait être le niveau idéal des dépenses électorales. On dépense plus d’argent aux Etats-Unis pour faire de la publicité pour le savon que pour élire un président. Ce que je dis, c’est qu’il ne faut plus concentrer le pouvoir de l’argent dans les mains de 400 familles.

L’explosion des inégalités de revenus aux Etats-Unis renforce-t-elle l’inégalité des citoyens?

Absolument. Comme le souligne le Prix Nobel d’économie James Heckman, les inégalités de revenus ont explosé après une série de décisions gouvernementales prises dans les années 1970 et 1980. Depuis, la fortune est taxée de manière radicalement différente. Ce changement a accentué les inégalités. Pourquoi l’administration a-t-elle adopté des politiques qui bénéficient avant tout au 1% d’Américains ultra-riches? Je le dis dans mon livre Republic Lost, c’est directement lié à la façon dont les campagnes électorales sont financées. Si vous levez constamment des fonds auprès de personnes qui veulent beaucoup moins d’impôts, vous allez abaisser la fiscalité.