Cette semaine, «Le Temps» visite cinq lieux dans le monde où des Suisses ont émigré pour trouver une vie meilleure.

Au milieu du XIXe siècle, quelques investisseurs issus de grandes familles genevoises pensent tenir un filon qui assurera leur fortune: ils s’associent pour obtenir une part du territoire de l’Algérie, dont la conquête militaire vient de s’achever. Sous l’égide de François-Auguste Sautter de Beauregard, Paul Elisée Lullin et Jacques-Marie-Jean Mirabaud, ces financiers affichent des ambitions considérables: ils espèrent exploiter 500 000 hectares de terres agricoles, soit l’équivalent du canton du Valais.