Catholicisme

L'église évoque l'ordination de prêtres mariés

Après trois semaines de Synode sur l’Amazonie, au cours duquel des débats nourris ont eu lieu, le pape doit se prononcer sur deux sujets sensibles qu’il entend faire avancer: l’ordination d’hommes mariés et la place des femmes dans l’Eglise

Aiku est sur la route de retour vers sa Guyane française natale samedi quand, à Rome, plusieurs dizaines d’évêques ouvrent la possibilité «d’ordonner prêtres des hommes mariés» à la condition qu’ils soient déjà diacres et «reconnus par [leur] communauté». L’homme d’une quarantaine d’années et sa femme dirigent un groupe de quelques dizaines de catholiques au cœur de l’Amazonie, où ils prient dans la petite chapelle qu’ils ont eux-mêmes construite. Leur problème: aucun prêtre ne se trouve auprès d’eux et ils peuvent attendre des heures ou même des jours pour célébrer un baptême ou un mariage.

Lire aussi: En Amazonie, la possibilité de contourner le célibat des prêtres

Le pontife argentin a souhaité consacrer une assemblée extraordinaire à l’une des régions les plus «vulnérables du monde». Il a donc appelé autour de lui trois semaines durant les prélats d’Amérique du Sud pour débattre de nombreuses questions dont, outre la question environnementale, le manque de prêtres et de vocations. Ses invités lui ont proposé samedi un document d’un peu plus d’une trentaine de pages comprenant quelque 120 paragraphes. Chaque point a été soumis au vote. Tous ont été approuvés par plus de deux tiers des voix. Le texte n’est que consultatif cependant, le dernier mot revenant au pape, dans un délai encore inconnu. Un François qui a exhorté dimanche, lors de la messe de conclusion du synode, à «écouter le cri des pauvres». «C’est le cri d’espérance de l’Eglise», a-t-il expliqué.

Lire également: Guerre aux défricheurs au cœur de l’Amazonie

Un «cri» à écouter 

La voix d’Aiku est douce et posée lorsqu’il raconte sa réalité, assis dans un petit salon d’une résidence du Vatican, à quelques centaines de mètres de la place Saint-Pierre. Son récit fait partie de ces «cris» à écouter. Son village se trouve à deux heures de pirogue et une heure d’avion de la capitale. Il n’a ni eau courante ni électricité sinon celle fournie par son générateur. Pour les catholiques, «il y a un prêtre sur le fleuve trois jours par semaine», raconte Aiku. Le reste du temps, «on se débrouille comme on peut». Par exemple, pour les célébrations des baptêmes et des mariages, «nous préparons tout en amont avec l’aide du prêtre par téléphone». Si et quand il réussit à venir.

Mais l’idée d’un prêtre «de passage» ne réjouit pas le pape François, qui insiste sur une «pastorale de présence». Mgr Emmanuel Lafont, l’évêque de Cayenne, «se bat pour cela depuis quinze ans», mais doit affronter de nombreuses difficultés, comme l’apprentissage des langues amérindiennes. «Convaincre un prêtre d’apprendre une langue parlée par 1500 personnes, comme la langue d’Aiku, dans une communauté où il ne passera pas sa vie, c’est difficile», regrette le prélat. Il reconnaît donc que «là où l’évêque ne peut pas envoyer un prêtre plus d’une ou deux fois par an», il peut s’avérer nécessaire «d’ordonner prêtres des hommes mariés».

Aiku est «acolyte», le plus élevé des quatre ordres mineurs, il peut déjà assister un prêtre lors de célébrations liturgiques. Son épouse, elle, est catéchiste. «Leur formation est une priorité, insiste Mgr Lafont, car il faut éviter d’avoir une Eglise totalement cléricale: il faut retrouver une vie ecclésiale qui ne tienne pas seulement à la présence du prêtre.» Et d’espérer qu’une plus grande place sera accordée à la femme.

Un article «grotesque» 

L’appel semble avoir été entendu. «Dans les nouveaux contextes d’évangélisation et de pastorale en Amazonie, où la majorité des communautés catholiques sont dirigées par des femmes, nous demandons que le ministère institué de «la femme leader de la communauté» soit créé et reconnu au service des exigences changeantes de l’évangélisation et des soins communautaires», récite ainsi le 102e point. Le texte rappelle par ailleurs que «le diaconat permanent pour les femmes a été demandé» lors d’un «grand nombre de consultations».

«Quand je pense qu’il y a encore un article du droit canon qui dit qu’une femme ne peut pas prêcher durant la messe, c’est grotesque, s’emporte l’évêque de Cayenne. Il faut que cela tombe. La femme a une capacité de parole, d’explication des Ecritures, de témoignage, très complémentaire à celle des hommes et il faut la valoriser.» Au pape maintenant de transformer en décision concrète ces divers souhaits sur la place à accorder aux femmes ou et sur les critères à adopter pour accepter d’ordonner prêtre un homme marié. François fera part de ses décisions dans sa prochaine exhortation apostolique post-synodale. Il prendra en compte les débats de ses évêques mais surtout les «cris des pauvres», comme ceux d’Aiku.

Publicité