L'archidiocèse de Washington a publié lundi sur son site internet les noms de trente-et-un membres du clergé ayant servi en son sein et qui ont fait l'objet «d'accusations crédibles d'agression sexuelle sur des mineurs» au cours des 70 dernières années. La liste revient sur des cas pour la plupart connus. Dix-sept des prêtres nommés sont décédés et, parmi les quatorze toujours en vie, neuf ont été condamnés en justice. Les cinq derniers n'ont plus de charge ecclésiastique.

Lire aussi: Une enquête américaine accuse 300 prêtres de pédophilie

Selon un communiqué, la liste a été compilée sur la base des archives de l'archidiocèse, suite à une demande effectuée en 2017 par l'archevêque de Washington Donald Wuerl, 77 ans, dont le pape François vient d'accepter la démission. Le cardinal Wuerl a été accusé d'avoir cherché à étouffer le scandale des prêtres pédophiles en Pennsylvanie, où il a longtemps exercé.

«La liste est un rappel douloureux des graves pêchés commis par le clergé, de la souffrance infligée à des jeunes gens, et de la douleur causée à de nombreux croyants, pour lesquels nous continuons à demander pardon», écrit le cardinal dans un communiqué. «Il est important de noter qu'à notre connaissance, il n'y a pas eu d'accusation crédible d'abus sexuel sur un mineur contre un prêtre de l'archidiocèse depuis près de 20 ans», ajoute-t-il.

Lire aussi: Des évêques américains se défendent après les accusations contre le pape

Démission du cardinal Wuerl

La liste comprend toutefois le cas d'un diacre dénoncé et arrêté en 2007 et d'un prêtre arrêté en 2008 pour des faits commis en 2003 alors qu'il avait quitté l'archidiocèse de Washington.

L'Eglise catholique américaine a été secouée par la publication en août d'une enquête des services du procureur de Pennsylvanie, qui a mis au jour des abus sexuels perpétrés sur des décennies par plus de 300 «prêtres prédateurs» sur au moins mille enfants.

Dans le rapport final, rédigé par un jury populaire, le cardinal Wuerl, qui fut évêque de Pittsburgh de 1988 à 2006, est cité à de nombreuses reprises comme l'un des responsables ecclésiastiques ayant contribué à étouffer le scandale. Assailli par de nombreux appels à sa démission, le cardinal s'était défendu dans un communiqué, assurant que le rapport prouvait qu'il avait «agi avec diligence, dans l'intérêt des victimes et pour éviter de nouveaux abus».

Lire aussi: Prêtres pédophiles aux Etats-Unis: le pape partage sa «honte» et sa «colère»

Le 21 septembre, il avait toutefois présenté sa démission au pape afin que l'Eglise puisse, selon lui, se concentrer sur sa «guérison». Le pape l'a acceptée vendredi tout en louant dans une lettre personnelle «la noblesse» de sa ligne de défense. L'Eglise américaine avait déjà été fortement secouée par la démission fin juillet du cardinal Theodore McCarrick, 88 ans, ex-archevêque de Washington, accusé d'agressions sexuelles sur un adolescent remontant aux années 70.