Dans l’enceinte du tribunal, l’attente a duré de longues heures, mais le couperet est tombé en quelques minutes. «Le juge n’a même pas eu le courage de nous dire le verdict en face: il a envoyé l’huissier et est parti en courant», raconte Mona Seif, à l’issue de l’audience qui a décidé de maintenir son frère, Alaa Abdel Fattah, cinq années supplémentaires comme prisonnier politique.