Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) a revendiqué lundi l'attentat qui a fait 39 morts dans une boîte de nuit d'Istanbul la nuit du Nouvel An. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le groupe jihadiste indique qu'«un des soldats du califat» a mené l'attaque contre l'établissement Reina.

Il précise que l'assaillant, qui est toujours en fuite, a utilisé des grenades et une arme à feu pour tirer sur les clients de cette boîte de nuit huppée. Plus de 20 des 39 morts étaient étrangers tandis que 65 personnes ont été blessées dans l'attaque.

Dans son communiqué, l'EI accuse la Turquie, un pays peuplé majoritairement de musulmans, de s'être alliée aux chrétiens, alors que l'armée turque poursuit depuis quatre mois une incursion dans le nord de la Syrie dont elle tente de déloger l'EI et des milices kurdes.

Peu de revendications de l'EI en Turquie

L'EI a très rarement revendiqué des attentats en Turquie même si le groupe a été montré du doigt à plusieurs reprises par les autorités. Avant cette revendication, les autorités turques avaient estimé que l'auteur de la fusillade était lié à l'EI et qu'il pourrait être kirghize ou ouzbek, selon le quotidien turc Hürriyet.

Les enquêteurs estiment possible qu'il soit lié à la cellule qui a commis le triple attentat-suicide de l'aéroport d'Istanbul qui avait fait 47 morts en juin et avait été imputé à l'EI, selon ce journal.

Maintenant, la chasse à l'homme

Une vaste chasse à l'homme a été lancée en Turquie pour rattraper l'assaillant qui aurait fui en changeant de vêtements après son attaque. Des captures d'écran des images d'une caméra de surveillance circulent, mais elle sont floues.

Dimanche soir, le Premier ministre turc Binali Yildirim a qualifié d'«infondées» les informations de presse selon lesquelles l'assaillant était déguisé en père Noël, ajoutant que l'agresseur avait laissé son arme sur les lieux et «profité de l'anarchie pour s'enfuir».

Lire aussi: Après le carnage à Istanbul, chasse à l'homme pour retrouver l'assaillant

Le chef du gouvernement turc n'a pas indiqué si une piste était privilégiée, se contentant d'indiquer que l'enquête se poursuit de façon très minutieuse pour identifier l'assaillant.