sur les réseaux

L’épidémie de rougeole aux Etats-Unis relance le débat sur les vaccins

Les réticences de plusieurs personnalités politiques de premier plan face aux vaccins ont relancé un vif débat. Les parents doivent-ils avoir leur mot à dire quand il s’agit de vaccination?

«Je connais personnellement deux enfants qui sont devenus autistes! Il y a des raisons!» Sur Twitter, sur Facebook, la Toile américaine est remplie de ces messages affolés et affolants concernant la vaccination contre la rougeole. L’épidémie a débuté en décembre à Disneyland, en Californie, et la maladie est aujourd’hui présente dans quatorze Etats, contagion oblige. Si la rougeole n’est pas grave en soi, ses complications peuvent être mortelles.

Les parents doivent-ils avoir leur mot à dire quand il s’agit de vaccination? Dans la plupart des Etats, les écoles exigent que les enfants soient immunisés, entre autres contre la rougeole, mais les parents peuvent demander des dérogations. Et les taux de vaccination sont en baisse. 644 cas de rougeole ont ainsi été recensés en 2014, le chiffre le plus haut depuis vingt ans, selon les statistiques, reprises partout, du Center for Disease Control d’Atlanta. Alors que la maladie a officiellement disparu en 2000…

Le choix aux familles?

Le débat, ancien aux Etats-Unis, connaît ces jours une nouvelle acuité avec la prise de parole publique de personnalités politiques de premier plan, amplifiée sur les réseaux. Le sénateur républicain Rand Paul, qui vise une nomination à la primaire républicaine, a ainsi déclaré à la télévision qu’il s’agissait selon lui d’une question de liberté pour les parents: «Je connais plusieurs enfants qui ont eu de graves problèmes mentaux après des vaccins. Je ne dis pas que les vaccins sont une mauvaise chose, mais que les parents devraient avoir leur mot à dire. Les enfants appartiennent aux familles, pas aux Etats!» Rand Paul est médecin, il est ophtalmologue. «Vu ses positions, je me demande s’il a vraiment eu son diplôme», se demande un internaute.

Autre figure républicaine qui rêve aussi d’une nomination pour la présidentielle, le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a d’abord estimé que «les familles devaient avoir le choix», avant que son service de presse ne se rétracte, précisant que «les vaccins sont une protection de santé publique importante. Et face à une maladie telle que la rougeole, il n’y a aucun doute que les enfants doivent être vaccinés.» «Les médias et la gauche veulent faire passer les républicains pour des anti-science», regrette un compte appelé «La droite juste». La ligne de partage entre pour et contre serait moins politique que liée à l’âge, selon un sondage.

«Les #vaccinations ne sont pas seulement pour vos enfants, c’est pour protéger tous ceux que leur système immunitaire ne peut pas protéger!» tonne une internaute. Sur Twitter, les mots-dièses #Vaccinations, #Kidsvaccinations ou encore #MeaslesOutbreak suscitent des milliers de messages. «Si vous ne voulez pas être vaccinés, alors nous ne voulons pas de vous», écrit un internaute, tandis que d’autres renvoient à la poignante tribune que l’écrivain Roald Dahl, le père de Charlie et la chocolaterie, avait écrite en 1988, racontant comment, vingt-six ans plus tôt, il avait perdu sa fille de 7 ans, à une époque où le vaccin contre la rougeole n’était pas si répandu. Olivia est décédée d’une encéphalite aiguë, une des complications possibles de la maladie.

 

 

L’ébullition de la Toile permet aussi de rappeler que la seule étude qui ait jamais lié le vaccin contre rougeole, rubéole et oreillons à des cas d’autisme était de la mauvaise science, fondée sur de fausses données, qu’elle a été retirée par le Lancet – qui l’avait d’abord publiée – et que son auteur a été radié de l’ordre des médecins. «Une escroquerie totale», commente un internaute.

Responsabilité collective, partage des risques, liberté individuelle… Pour Mia Farrow, les parents ne devraient pas envoyer d’enfants non vaccinés dans les lieux publics. Barack Obama lui-même a conseillé aux parents de faire vacciner leurs enfants.

 

 

«La science est claire: la Terre est ronde, le ciel est bleu et les vaccins, ça marche. Protégeons nos enfants. #Les grands-mères savent mieux.» Hier soir, le message sur Twitter d’Hillary Clinton avait été retwitté près de 15 000 fois, et douze heures plus tard, plus de 30 000 fois...

Publicité