Ce n’est pas la première fois que la Maison-Blanche se voit contrainte de nuancer les propos de Joe Biden dans le cadre de la guerre en Ukraine. Mais le rétropédalage de ce week-end s’avère moins convaincant que les autres. En qualifiant Vladimir Poutine de «boucher», puis en insinuant que le chef du Kremlin ne pouvait «pas rester au pouvoir», le président américain n’a pas commis une de ses bourdes, impairs ou lapsus dont il est coutumier: il s’est exprimé de façon sanguine, parfaitement conscient de la portée de ses propos. Le démocrate semble ne plus se faire aucune illusion sur la possibilité de raisonner Poutine, alors que les «négociations» entre Russes et Ukrainiens s’enlisent. Et il exprime son agacement sans nuances.