Les opposants à Mouammar Kadhafi paraissaient contrôler mercredi la côte orientale de la Libye, avec des soldats rejoignant le mouvement de contestation, tandis que, dans la péninsule arabique, les contestataires restaient mobilisés et les Saoudiens prenaient des mesures sociales.

Des insurgés, en majorité armés et agitant le drapeau de l’indépendance - d’avant l’ère Kadhafi - étaient présents sur la route entre la frontière égyptienne et la ville de Tobrouk, environ 150 km plus à l’ouest, adossée à la Méditerranée, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Des habitants ont affirmé que la région qui s’étend des confins orientaux du pays jusqu’à Ajdabiya plus à l’ouest, en passant par Tobrouk et Benghazi, était aux mains des opposants au colonel Kadhafi, bien que le régime affirme contrôler cette zone.

Vers l’est, des militaires exprimaient leur soutien à la rébellion, ont raconté ces personnes.

La province de Cyrénaïque (côte orientale) «n’est plus sous le contrôle du gouvernement libyen, et des affrontements et violences sont en cours dans tout le pays», a de son côté dit Franco Frattini, le ministre des Affaires étrangères de l’Italie, l’ancienne puissance coloniale.