L’Etat islamique a brûlé vif le pilote jordanien

Otages En guise de réponse, Amman s’apprête à exécuter la prisonnière irakienne

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a diffusé mardi une vidéo d’un homme en train d’être brûlé vif dans une cage et affirmé qu’il s’agissait du pilote jordanien capturé après le crash de son avion en Syrie le 24 décembre. L’authenticité du document n’a pas encore été confirmée.

Cette exécution remonte au 3 janvier, a affirmé la télévision officielle du royaume peu après la diffusion de la vidéo de l’EI. La Jordanie a confirmé la mort de Maaz al-Kassasbeh et l’armée jordanienne a de son côté promis de venger la mort de son pilote.

Maaz al-Kassasbeh menait un raid sur des positions de l’EI dans le cadre de la coalition internationale anti-djihadiste lorsqu’il a été fait prisonnier par les djihadistes. La vidéo de 22 minutes mise en ligne par l’EI montre un homme ressemblant au pilote en train de brûler vif, enfermé dans une cage.

Sur les images insoutenables, on le voit, vêtu d’une tenue orange, avancer parmi des ruines au milieu d’hommes en tenue militaire, masqués et armés. Alors que Kassasbeh est enfermé dans une cage en métal, un de ces hommes, présenté comme un «émir d’une région bombardée par la coalition des croisés», prend une torche et met le feu à de l’essence. Les flammes se propagent alors jusqu’à la cage. Le supplicié cherche en vain à se protéger, se débat avant d’être transformé en une boule de feu. Un tracteur déverse ensuite des gravats sur la cage, qui s’affaisse.

La Jordanie avait affirmé dimanche sa détermination «à tout faire» pour sauver la vie de son pilote prisonnier et avait également «vivement» condamné l’exécution, la veille par l’EI, d’un second otage japonais, capturé en Syrie.

«Vengeance puissante»

Dans une déclaration lue à la télévision par son porte-parole, le colonel Mamdouh al-Ameri, l’armée jordanienne a promis aux militants de l’Etat islamique une «vengeance aussi puissante que la catastrophe qui s’est abattue sur la Jordanie». Depuis plusieurs jours, Amman exigeait une preuve que son pilote était vivant avant d’envisager de libérer, comme l’exigeait l’Etat islamique, une prisonnière irakienne condamnée à mort pour son implication dans des attentats meurtriers en Jordanie en 2005.

«La réponse de la Jordanie sera ferme, terrible et forte», a indiqué à la télévision publique le ministre de l’Information, Mohammad Momani. La djihadiste irakienne Sajida al-Rishawi, emprisonnée en Jordanie et réclamée par l’EI, sera exécutée mercredi à l’aube, a indiqué un responsable de la sécurité.

Le sort du pilote capturé, membre d’une tribu très puissante en Jordanie, a provoqué de rares rassemblements contre le roi Abdallah pour protester contre la gestion de cette crise par le gouvernement.

Le président américain, Barack Obama, a estimé mardi que si l’authenticité de la vidéo était avérée, elle serait une nouvelle preuve de la «barbarie» de l’EI.