Etat islamique

L'Etat islamique diffuse une vidéo de «son chef» pour la première fois depuis 5 ans

Dans une vidéo de 18 minutes, Abou Bakr al-Baghdadi évoque les attentats au Sri Lanka revendiqués par son organisation. Il déclare qu'il s'agissait d'une «vengeance pour les frères à Baghouz»

Pour la première fois depuis cinq ans, le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a diffusé une vidéo présumée de «son chef» Abou Bakr al-Baghdadi lundi, un peu plus d'un mois après la chute de son «califat» autoproclamé.

Cette vidéo n'est pas datée et le lieu de son tournage est inconnu. Dans la vidéo de 18 minutes, l'homme -présenté comme étant Abou Bakr al-Baghdadi- apparait avec une longue barbe grise qui semble être teinte au henné et parle doucement, s'arrêtant quelques secondes au milieu de ses phrases. Dans un passage dans lequel il n'apparait pas, l'homme évoque les attentats ayant tué 253 personnes au Sri Lanka et revendiqués par son organisation, estimant qu'il s'agissait d'une «vengeance pour les frères à Baghouz», en référence à ce village de l'est de la Syrie qui fut le dernier réduit territorial du «califat».

Lire aussi: Dans les coulisses de la guerre à Baghouz

En plus du Sri Lanka, il évoque les mouvements de contestation en Algérie et au Soudan, ce qui est une façon de montrer que la vidéo «n'a pas été tournée il y a longtemps», selon Amarnath Amarasingam, analyste à l'Institute for Strategic Dialogue.

A la recherche de la validité de la vidéo

L'homme ressemble à celui dans la seule vidéo de l'EI mettant en scène jusque-là Baghdadi, en plein prêche dans une mosquée de Mossoul, en Irak, en 2014. Cette fois-ci, il apparaît assis les jambes croisées adossé à un mur, à côté d'une Kalachnikov à canon court, marque distinctive des vidéos du défunt chef historique d'Al-Qaïda Oussama ben Laden. 

Lire aussi: «Fin de l’Etat islamique»: comment éviter que l’histoire se répète?

La vidéo a été diffusée par al-Fourqane, la «maison de production» de l'EI qui relaie les enregistrements et les vidéos de propagande de l'organisation djihadiste.

Selon SITE, le centre américain de surveillance des mouvements extrémistes et l'expert irakien de l'EI Hicham Hachemi, l'homme dans l'enregistrement est bien le chef de l'EI. De son côté, la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par Washington essaye toujours de «corroborer de façon indépendante la validité de la vidéo», a-t-elle indiqué.

Le département d'Etat américain a promis que la coalition poursuivrait son combat pour que «tous les dirigeants (de l'EI) qui restent soient traduits en justice». Les Etats-Unis offrent 25 millions de dollars pour sa capture.

La promesse d'une vengeance

Autoproclamé en 2014 par Abou Bakr al-Baghdadi sur de vastes territoires en Irak et en Syrie, le «califat» a été déclaré éradiqué le 23 mars au terme d'une offensive de combattants arabes et kurdes soutenus par la coalition internationale. Dans la vidéo diffusée lundi par le groupe extrémiste, l'homme affirme que l'EI «se vengera» au nom de ses membres tués et que le combat contre l'Occident est «une longue bataille».

Lire aussi: Attentats au Sri Lanka: un nouveau front pour l’EI

Il salue l'«endurance» et la «détermination» des combattants assiégés à Baghouz et mentionne Fabien et Jean-Michel Clain, deux djihadistes français. Les deux frères sont morts à Baghouz, avait déclaré l'épouse de Jean-Michel Clain, Dorothée Maquere, en fuyant le dernier réduit djihadiste.

S'adressant à trois hommes dont les visages ont été floutés, l'homme dans la vidéo promet d'autres actions de l'EI «après cette bataille». L'organisation a revendiqué ces dernières années de nombreux attentats meurtriers au Moyen-Orient mais aussi en Europe et en Asie.

Le dernier message attribué à Abou Bakr al-Baghdadi était un enregistrement audio diffusé en août 2018. Il y exhortait ses partisans à poursuivre le «djihad», huit mois après que l'Irak eut déclaré la «victoire» sur l'EI. Le chef djihadiste de 47 ans est apparu pour la première et dernière fois en public en 2014 à Mossoul, dans le nord de l'Irak, où il avait proclamé son «califat».

Publicité