Il y a cette inquiétude dans sa voix. Abdulkarim Omar, le coprésident du Département des affaires étrangères de la région autonome du nord-est syrien est particulièrement préoccupé: depuis plusieurs semaines, son voisin turc a lancé une série d’opérations militaires visant les forces kurdes du nord de la Syrie et menace de conduire une offensive d’envergure. Alors, cet été, l’homme a quitté son pays pour entamer un tour diplomatique de l’Europe: il veut attirer l’attention de la communauté internationale et de l’opinion publique sur sa région menacée. Bientôt, il s’arrêtera aussi en Suisse.