L’essentiel

Le Conseil fédéral a annoncé mercredi la suppression de la quarantaine-contact et de l’obligation du travail à domicile.

La majorité des partis politiques sont d’accord avec la prudence affichée. Seule l’UDC exige l’abandon immédiat de toutes les restrictions.


■ L’Afrique appelée à multiplier par six le taux de vaccination

L’Afrique doit «multiplier par six le taux de vaccination» contre le Covid-19 pour espérer atteindre l’objectif de 70% de couverture vaccinale fixé pour la fin du premier semestre 2022, a estimé jeudi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’Afrique a reçu «plus de 587 millions de doses de vaccins» mais elle «peine encore à étendre le déploiement de la vaccination, avec seulement 11% de la population entièrement vaccinée», a expliqué le bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

«Le monde a enfin entendu nos appels. L’Afrique a désormais accès aux vaccins qu’elle réclamait depuis trop longtemps. C’est un signe d’espoir pour cette année», a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Elle a cependant estimé qu’«un réseau d’approvisionnement fiable doit aller de pair avec un financement opérationnel afin que les doses reçues quittent les dépôts où elles sont stockées pour être administrées aux populations».


■ Des scientifiques réclament une vraie enquête sur le Covid à l’ouverture des Jeux de Pékin

Quelques heures seulement avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver 2022 à Pékin, une vingtaine de scientifiques internationaux ont appelé les autorités chinoises à permettre une enquête véritablement indépendante sur les origines du Covid-19, détecté d’abord en Chine fin 2019.

«Les efforts continus du gouvernement chinois pour bloquer une véritable enquête sur les origines de la pandémie sont un affront à la communauté scientifique et aux gens partout dans le monde», écrivent ces scientifiques d’Europe, des Etats-Unis, d’Australie, de Nouvelle-Zélande ou encore d’Inde et du Japon.

■ Covid: la Grande-Bretagne valide le vaccin Novavax

La Grande-Bretagne a approuvé jeudi le vaccin anticovid de Novavax, qui devient ainsi le cinquième vaccin de l’arsenal britannique contre le Covid-19, a annoncé le gouvernement.

Le Royaume-uni, qui figure parmi les plus durement touchés par la pandémie avec plus de 157 000 morts, a déjà approuvé les vaccins AstraZeneca, Pfizer, Moderna et l’unidose Janssen (Johnson & Johnson).

■ La Nouvelle-Zélande s’ouvrira bientôt à nouveau au monde

Les Néo-Zélandais présents en Australie pourront rentrer dans leur pays dès le 27 février. Deux semaines plus tard, tous les ressortissants néo-zélandais actuellement à l’étranger pourront faire de même. La règle: s’isoler dix jours, mais ils n’auront plus besoin de se soumettre à une quarantaine à l’hôtel.

Mais il faudra attendre octobre pour que la Nouvelle-Zélande, isolée depuis deux ans, rouvre complètement ses frontières, annonce le New Zealand Herald, cité par le Courrier international. De nombreux Néo-Zélandais sont restés coincés à l’étranger depuis deux ans.

■ Au Danemark, près d’un tiers des adultes contaminés pendant la vague Omicron

Les autorités sanitaires danoises ont estimé jeudi qu’un tiers de la population adulte a contracté le Covid lors des trois derniers mois marqués par la vague du variant Omicron, soit près du double des cas officiellement recensés.

«Nous estimons que 32% de la population adulte en bonne santé âgée de 18 à 72 ans a été infectée entre le 1er novembre de l’année dernière et le 28 janvier de cette année», a indiqué l’Autorité danoise de contrôle des maladies infectieuses (SSI) dans un communiqué. A Copenhague et sa région, plus touchés que le reste du pays, la prévalence est estimée à 42%, selon l’autorité.

L’étude de SSI, menée à partir des échantillons sanguins de près de 5000 donneurs de sang, visait à déterminer le nombre réel de personnes ayant contracté le virus, au-delà des résultats quotidiens de tests.

Au Danemark, premier pays de l’Union européenne à revenir à la «vie d’avant» en levant toutes les restrictions, le nombre de nouveaux cas avoisine actuellement entre 40 000 à 50 000 par jour, soit près d’1% de la population quotidiennement.

■ La Suisse compte 36 740 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte jeudi 36 740 cas supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’OFSP. On déplore 18 décès supplémentaires et 150 malades ont été hospitalisés.

690 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 24,2% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 80%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 104 591 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 35,1%, contre 34,1% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,11.

Le variant Omicron représente 96% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 122 534 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 64 388 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

■ Novak Djokovic donnera sa «version de l’histoire» dans «7 à 10 jours»

Le Serbe Novak Djokovic a annoncé jeudi qu’il allait raconter d’ici «sept à dix jours» sa «version de l’histoire» de son expulsion en janvier par les autorités australiennes, ce qui l’avait empêché de disputer le premier Grand Chelem de la saison.

«Je vous prie de patienter, dans les prochains sept à dix jours je vais m’adresser aux médias plus en détail et avec, pour ainsi dire, ma version de l’histoire et de tout ce qui s’est passé en Australie», a déclaré «Nole» aux journalistes venus à la présidence serbe pour sa première apparition publique annoncée depuis son retour en Serbie.

Lors d’une brève conversation devant les médias avec le président serbe Aleksandar Vucic, il n’a pas donné d’autres détails sur ses intentions.

■ Covid-19: l’Europe connaît un répit comparable à un «cessez-le-feu»

Grâce au niveau actuel de vaccination et la moindre sévérité d’Omicron, l’Europe connaît un répit comparable à un «cessez-le-feu» qui pourrait mener à la fin de la pandémie de Covid-19, a estimé jeudi la branche européenne de l’OMS.

«La pandémie n’est pas finie mais nous sommes dans la situation unique de pouvoir prendre le contrôle et nous ne devrions pas gâcher cette opportunité», a affirmé Hans Kluge, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d’une conférence de presse en ligne.

Filant la métaphore, il a ajouté: «Cette période de protection plus élevée doit être considérée comme un + cessez-le-feu + qui pourrait nous apporter une paix durable». Elle conjugue la protection vaccinale, la fin de l’hiver et un variant Omicron moins dangereux. Une situation de trêve ne pourra toutefois perdurer qu’à condition de poursuivre les campagnes de vaccination et la surveillance des nouveaux variants, a affirmé le responsable, alors que plusieurs pays européens relâchent considérablement leurs restrictions.

Quant aux nouveaux variants «qui apparaîtront inévitablement», «il est possible d’y répondre» sans réemployer «le type de mesures perturbatrices dont nous avions besoin auparavant».

Dans la région de l’OMS Europe, qui compte 53 pays dont certains sont situés en Asie centrale, les contaminations ont explosé quand le variant Omicron a pris le dessus, mais la situation sanitaire est jugée moins alarmante.

Près de 12 millions de nouveaux cas ont été enregistrés la semaine dernière d’après les données régionales de l’OMS, le chiffre le plus élevé depuis le début de la pandémie il y a deux ans.

L’OMS Europe a appelé jeudi les autorités sanitaires à se concentrer sur la protection des populations les plus vulnérables.

■Les tests PCR de Novak Djokovic étaient valides, selon la justice serbe

Les résultats présentés par le no 1 mondial de tennis Novak Djokovic afin d’obtenir une dérogation pour participer en janvier à l’Open d’Australie étaient «valides», a affirmé mercredi le Parquet serbe, à l’issue d’une enquête.

Après avoir dans un premier temps obtenu une dérogation pour venir en Australie, grâce à ces tests certifiant qu’il avait contracté le Covid-19 un mois avant le tournoi, le Serbe, qui n’a pas été vacciné, a finalement été expulsé, après 10 jours de feuilleton judiciaire, par le gouvernement australien avant le début du tournoi en raison du «risque sanitaire» qu’il pouvait représenter.

Selon un test que le détenteur de vingt titres en Grand Chelem, dont neuf à l’Open d’Australie, a fourni aux autorités australiennes, Djokovic a été testé positif au Covid-19 le 16 décembre. Un autre test réalisé le 22 décembre était négatif.

Mais la validité de ces tests a été remise en cause par certains médias, dont la BBC, en raison de leurs numéros de série, à savoir que celui du 22 décembre était inférieur à celui du 16 décembre.

«Il a été établi par une analyse de la base de données numériques […] que Novak Djokovic a été testé plusieurs fois et que les certificats de ces tests du 16 décembre et du 22 décembre 2021 sont valides», affirme le Parquet dans un communiqué, en ajoutant que ces vérifications ont été réalisées par le ministère de la Santé.

Djokovic avait toutefois participé le 17 décembre à un événement avec des jeunes joueurs de tennis à Belgrade et a même accepté une interview le 18 décembre avec le quotidien sportif français L’Equipe. Il a assuré n’avoir reçu la notification du PCR positif qu’après la rencontre du 17 décembre et reconnu «une erreur de jugement» par rapport à l’interview.

Depuis son retour en Serbie le 17 janvier, Djokovic a fait profil bas, n’apparaissant que quelques fois en public, sans faire de déclarations.

Il devrait rencontrer jeudi le président serbe Aleksandar Vucic et s’adresser brièvement à la presse.

■ La pandémie a coûté 7 milliards d’euros aux clubs en 2 ans, selon l’UEFA

La pandémie de Covid-19 a coûté 7 milliards d’euros en deux saisons au football européen, affirme l’UEFA dans un rapport publié jeudi, où elle constate un net recul du marché des transferts pour les exercices 2019-2020 et 2020-2021. Selon l’instance européenne du football, les clubs ont fait face à un manque à gagner de 4 milliards d’euros sur 2019-2020, et 3 milliards sur l’exercice suivant, après vingt ans de croissance ininterrompue.

En cause, des revenus de billetterie en net recul à cause des stades vides (avec 4,4 milliards d’euros de pertes de recettes), des activités commerciales et de sponsoring en diminution (une projection de 1,7 milliard d’euros de baisse) et des droits TV également légèrement impactés (0,9 milliard).

■ L’Italie allège ses restrictions, Draghi veut «rouvrir» le pays

Le gouvernement italien a décidé mercredi d’alléger plusieurs restrictions anti-Covid, notamment dans les écoles, le Premier ministre Mario Draghi promettant de «poursuivre dans les semaines à venir la politique de réouverture» dans la péninsule. Parmi les mesures adoptées en conseil des ministres figure notamment la fin de l’enseignement à distance pour les élèves du primaire et du secondaire vaccinés ou guéris, quel que soit le nombre d’élèves positifs dans leur classe.

Lire aussi: Quels pays européens lèvent des restrictions sanitaires?

Dans les écoles maternelles, les classes passeront en enseignement à distance à partir de cinq élèves positifs, contre un seul auparavant. Dans le domaine du tourisme, le gouvernement a aussi décidé que les visiteurs venant de pays dont les règles vaccinales sont différentes de celles en vigueur en Italie pourraient accéder avec un simple pass sanitaire (pour lequel suffit un test négatif) aux hôtels et restaurants ainsi qu’à tous les endroits où un pass vaccinal est normalement exigé.