Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le 27 juin au soir, après une semaine d'errance, le navire de l'ONG allemande Lifeline a finalement été autorisé à accoster dans le port de La Valette avec 233 migrants à bord.
© Darrin Zammit Lupi/REUTERS

Migration

Comment l’Europe a déjà bouclé ses frontières

Réunis dès ce jeudi soir, les pays européens vont de nouveau se déchirer sur l’accueil des migrants mais le nombre des arrivées a en réalité chuté. Et les drames de la migration se déroulent loin des frontières européennes et des regards

L’activisme du nouveau gouvernement italien et de son ministre de l’Intérieur anti-immigration, Matteo Salvini, fait penser que la péninsule fait face à un afflux record de migrants. Illusion d’optique. Depuis le début de l’année 2018, les traversées sont bien moins nombreuses. Selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies, 44 370 arrivées ont été enregistrées au premier semestre en Italie, en Grèce et en Espagne.

Pour toute l’année 2017, le nombre d’arrivants sur les côtes européennes était encore de 172 301. On était très loin de l’année record de 2015 avec plus d’un million de traversées. Des centaines de milliers de gens, principalement des Syriens, avaient alors débarqué sur les îles grecques avant de gagner l’Allemagne, qui avait ouvert temporairement ses frontières.

La chancelière allemande, Angela Merkel, n’en finit pas de payer politiquement cette décision. Elle se rendra jeudi soir à Bruxelles pour le début du sommet européen plus affaiblie que jamais. L’heure n’est plus à l’ouverture. Les projets de relocalisation de migrants entre pays européens, pour soulager l’Italie, la Grèce et l’Espagne, sont au point mort. Les anciens pays de l’Est ne veulent toujours pas en entendre parler. L’Autriche et son gouvernement de coalition avec l’extrême droite, qui présidera l’Union européenne dès la semaine prochaine, non plus.

Lire aussi: Pour les migrants, la Bosnie est devenue un cul-de-sac

«Débat enflammé»

L’Italie, qui a porté toutes ces dernières années une grande partie du fardeau des arrivées, a mis les pieds au mur. Matteo Salvini a interdit aux navires d’ONG qui recueillent les migrants en Méditerranée de les débarquer en Italie. Après l’Aquarius, finalement accueilli par l’Espagne il y a dix jours, d’autres bateaux font les frais de cette nouvelle posture. Un navire affrété par l’ONG allemande Lifeline a finalement accosté à Malte mercredi soir. Plusieurs pays européens se sont en effet engagés à prendre une part des 233 migrants à bord.

«Le débat sur les migrations s’enflamme de plus en plus», a souligné Donald Tusk, président du Conseil européen, dans une lettre envoyée aux 28 chefs d’Etat et de gouvernement avant la réunion de Bruxelles. «De plus en plus de gens commencent à croire que seule une autorité forte, anti-européenne et anti-libérale dans l’esprit, avec une tendance à l’autoritarisme manifeste, est capable de stopper la vague de migration illégale», met en garde le Polonais.

Lire également: Migrants, le piège de l'idéologie humanitaire

Ouvrir des ports hors d’Europe

Pour régler cette «crise», il n’est plus question de remettre sur l’ouvrage une répartition des migrants entre pays européens. Encore moins de revoir le système de Dublin, qui permet aux membres de l’espace Schengen, Suisse y compris, de renvoyer les migrants vers le premier pays d’entrée, faisant porter l’essentiel du fardeau à l’Italie, la Grèce et l’Espagne. Pour calmer Rome, Donald Tusk propose de créer des «plateformes pour débarquer les migrants hors d’Europe». Seconde idée: un fonds pour lutter contre l’immigration illégale, qui serait une sorte de contrepartie aux pays qui voudraient bien ouvrir leurs ports aux bateaux de migrants. Enfin, l’Europe est appelée à renforcer sa coopération avec les gardes-côtes libyens.

C’est justement cette collaboration qui a permis de faire baisser les départs depuis les côtes libyennes. Mais à quel prix? En novembre dernier, Amnesty International dénonçait le soutien européen aux gardes-côtes libyens, accusés de collaborer avec les passeurs. Quand ils sont interceptés par les Libyens, les migrants sont emprisonnés ou remis aux bourreaux qui les avaient extorqués avant de les entasser sur des rafiots à destination de l’Italie. L’Europe espère rééditer l’accord passé avec la Turquie en 2015, qui avait permis de juguler les débarquements sur les îles grecques. Mais la situation est bien pire en Libye.

La proposition d’ouvrir des ports en dehors de l’Europe ne convainc pas davantage Vincent Chetail, directeur du Centre des migrations globales à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID). «Le Conseil européen peut décider ce qu’il veut mais les pays extra-européens sont souverains. Je ne vois pas pourquoi l’Algérie, la Tunisie, le Maroc ou l’Egypte géreraient les flux de migrants, qui ne font que transiter chez eux. Comme l’Europe n’arrive pas à trouver de solutions, elle veut une nouvelle fois externaliser le problème.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a