La scène se déroule sur l’une des places centrales de Varsovie, au pied de la tour soviétique du Palais de la Culture, vestige des décennies du Rideau de fer communiste: des camions viennent charger les cartons déposés là par des familles, des associations de solidarité, des écoles ou des équipes sportives. Couvertures, produits alimentaires, nécessaires de toilette, vêtements… Chaque fourgonnette s’ébranle ensuite vers la frontière, où plus d’une centaine de milliers d’Ukrainiens attendent de pouvoir trouver refuge en Pologne. Milan, le conducteur d’un de ces fourgons, a déjà fait trois allers-retours. Il décrit sur place une situation de plus en plus difficile à gérer (lire ci-contre). Les autorités polonaises, hier arc-boutées sur la fermeture de leur territoire aux migrants, se retrouvent aujourd’hui aux avant-postes de la générosité européenne.