Les médias locaux Honduriens ont annoncé la levée du couvre-feu instauré lundi. «Nous demandons aux fonctionnaires et aux employés (privés) de reprendre leurs activités», ont-ils ajouté en assurant que les forces de l’ordre garantiraient «l’ordre et la tranquillité».

Le gouvernement de facto de Roberto Micheletti avait déjà imposé le couvre-feu pendant deux semaines après le coup d’Etat du 28 juin, au cours duquel Manuel Zelaya avait été renversé et chassé du pays.

Après quelques jours de suspension, il l’avait rétabli à la mi-juillet, pour prévenir des «désordres» de la part des fidèles de M. Zelaya, qui se trouve depuis lundi dans les locaux de l’ambassade du Brésil, entourée d’un important dispositif militaire et policier.