Oskar Gröning, l’ancien comptable d’Auschwitz jugé en Allemagne pour «complicité de 300.000 meurtres aggravés», a demandé «pardon aux victimes» du camp de concentration, à l’ouverture de son procès mardi à Lunebourg (ouest).

«Pour moi, il ne fait aucun doute que je partage une culpabilité morale», a déclaré l’ancien SS, âgé de 93 ans. «Je demande pardon», a-t-il ajouté. «Concernant la question de la responsabilité pénale c’est à vous de décider», a-t-il dit à ses juges, alors qu’il encourt 3 à 15 ans de prison.

Comme le rappelle la correspondante du «Temps» Nathalie Versieux, l’accusé n’a jamais nié les faits qui lui sont reprochés. Mais s’il admet «ne jamais avoir trouvé la paix intérieure», il se considérait jusqu’ici comme «non coupable» du point de vue juridique et assure «ne jamais avoir donné même une gifle» à qui que ce soit.

L’ouverture du procès a été troublée ce matin par la présence de néonazis, venus manifester.