L'ancien policier Derek Chauvin, inculpé pour le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd, a été remis mercredi en liberté contre le versement d'une caution d'un million de dollars (850 000 euros) en attendant d'être jugé l'année prochaine dans cette affaire qui a bouleversé les Etats-Unis.

Lire aussi: Roger Floyd: «George Floyd a été sacrifié pour que les choses changent»

Détenu depuis la fin mai dans une prison de haute sécurité du Minnesota, il a été libéré en fin de matinée, selon des documents judiciaires. Cette libération conditionnelle a été dénoncée par Ben Crump, l'avocat de la famille de George Floyd, estimant que c'était «un rappel douloureux (...) que justice est encore loin d'être faite».

En versant une caution d'un million de dollars, Derek Chauvin «a acheté sa liberté après avoir pris la vie de George Floyd pour 20 dollars», a-t-il ajouté sur Twitter. George Floyd, 46 ans, avait été accusé d'avoir utilisé un faux billet dans un magasin.

«Je ne peux pas respirer», des mots repris massivement

L'agent blanc de 44 ans devrait être jugé pour meurtre à partir du 8 mars 2021 avec trois de ses anciens collègues (Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, qui ont eux été remis en liberté sous caution depuis plusieurs semaines), accusés de complicité dans ce drame.

Le 25 mai, à Minneapolis, le policier avait été filmé agenouillé pendant plusieurs minutes sur le cou de George Floyd. Alors qu'il était allongé sur le ventre, George Floyd avait plusieurs fois imploré l'agent de desserrer son étreinte, assurant: «Je ne peux pas respirer». Les images, diffusées en direct sur internet, avaient suscité une onde de choc mondiale et des manifestations émaillées de violences dans tout le pays.

Lire encore l'éditorial: La «génération George Floyd» et le bout de la matraque

Son arrestation, quatre jours plus tard, avait participé au retour du calme à Minneapolis, grande ville du nord des Etats-Unis, secouée par plusieurs nuits d'émeutes. Depuis sa mort, les derniers mots de George Floyd ont été repris par des millions de personnes qui sont descendues dans les rues du pays pour réclamer des réformes de la police et la fin des inégalités raciales.

Demande d'être jugés séparément

L'accusation avait indiqué fin août qu'elle comptait demander des peines exceptionnellement longues pour les ex-policiers, en raison de la «cruauté particulière» de leur acte et du statut «vulnérable» de la victime au moment des faits. Les procureurs n'avaient pas précisé la durée des peines qu'ils comptaient requérir, mais la peine maximale pour meurtre est de 40 ans d'incarcération dans l'Etat du Minnesota.

Les quatre hommes ont pour leur part demandé l'abandon des poursuites qui pèsent contre eux, plaidant avoir fait un usage raisonnable de la force face à un homme qui se débattait. George Floyd est «probablement mort d'une surdose au fentanyl» a assuré l'avocat de Derek Chauvin dans des documents judiciaires.

Les quatre accusés ont également demandé à être jugés séparément, en dehors de la ville et par des jurés anonymes, en raison selon eux des pressions suscitées par le mouvement de colère.