M. Iouchtchenko s’est présenté au tribunal peu avant le début de l’audience, en compagnie d’au moins un garde du corps, de sa porte-parole et de son ancien conseiller à la présidence, lui aussi témoin dans l’affaire Timochenko.

Vêtu d’un costume sombre et l’air reposé, M. Iouchtchenko a attendu dans le couloir avant d’être invité à entrer dans la salle pour être entendu par le président de la juridiction. L’ex-président est rentré de vacances aux Etats-Unis cette semaine et a dans un premier temps refusé de se présenter au procès, affirme l’influent journal en ligne Ukraïnska Pravda.

M. Iouchtchenko et Mme Timochenko ont été proches alliés lors de la Révolution orange en 2004 en Ukraine, un soulèvement populaire qui les avait portés au pouvoir, l’un à la présidence, l’autre au gouvernement.

Leur cohabitation au sommet de l’Etat était marquée par des conflits incessants qui ont ouvert la voie à l’élection en 2010 de leur adversaire Viktor Ianoukovitch à la présidence.

Ioulia Timochenko, placée en détention provisoire depuis le 5 août, est jugée pour avoir outrepassé ses pouvoirs de première ministre en 2009 en autorisant, sans l’approbation du gouvernement, la signature de contrats sur l’importation de gaz russe à un prix trop élevé et donc très désavantageux pour Kiev.

L’opposante dénonce ces poursuites comme une répression politique orchestrée selon elle par son adversaire, le président Viktor Ianoukovitch, dont l’équipe assure lutter contre la corruption.