«Plus cool qu’un film d’Hollywood», lance Alexeï Navalny au début de la vidéo publiée lundi. Et la suite lui donne raison. En un peu moins d’une heure d’un entretien téléphonique à peine croyable, un agent du FSB lui confirme le scénario de la tentative d’empoisonnement l’ayant visé en août.

Tout débute lundi 14 décembre. Ce jour-là, un consortium de médias – dont CNN, Der Spiegel et le site d’investigation Bellingcat – se prépare à publier une vaste enquête démontrant que les autorités russes suivent l’opposant à la trace depuis 2017 et identifiant les différents membres du FSB, le service des renseignements intérieurs, chargés de cette tâche. Pour se donner une chance de parler à certains d’entre eux avant la publication, l’équipe d’Alexeï Navalny et plusieurs journalistes composent de bon matin tous les numéros qu’ils ont pu obtenir. Beaucoup ne répondent pas ou raccrochent immédiatement. Jusqu’à ce qu’Alexeï Navalny appelle lui-même, sous une fausse identité, Konstantin Borisovitch Kudryavtsev, chimiste de l’Institut de science forensique du FSB et membre du commando.