Comme un air de révolution? Parmi la foule, réunie en masse pour le troisième samedi d’affilée dans les rues de Khabarovsk, dans l’Extrême-Orient russe, certains se sont mis à chanter le célébrissime Changements!, cet hymne de la Perestroïka qui, dès 1986, propulsa le chanteur Viktor Tsoï et son groupe Kino, et servit de bande-son à la disparition de l’Union soviétique. Aujourd’hui, le lointain Orient russe est à nouveau en colère, et même si cela se passe à plus de 8000 kilomètres de Moscou, Khabarovsk et ses manifestants commencent à enquiquiner sérieusement le Kremlin.

Lire aussi: Le Kremlin enlève les gants face à l’opposition