Libéralisme

«L’histoire hongroise ne se terminera pas avec Viktor Orban»

Michael Ignatieff, recteur de l’Université d’Europe centrale à Budapest, a vécu de l’intérieur la transformation de la Hongrie. Mais face aux dérives populistes et autoritaires, ce libéral convaincu rejette le pessimisme ambiant

Il a vu la Hongrie changer de visage. En 2018, Michael Ignatieff, libéral canadien et recteur de l’Université d’Europe centrale (UEC), a pris une décision difficile: déplacer les activités de son institution de Budapest à Vienne. Soutenue par George Soros, l’UEC était depuis longtemps une cible du gouvernement de Viktor Orban, promoteur de la «démocratie illibérale». Alors que le dirigeant hongrois reçoit mercredi la visite de Vladimir Poutine, Michael Ignatieff veut espérer que la crise du libéralisme ne sera qu’une parenthèse.

Lire aussi: Vladimir Poutine, 20 ans déjà