Pourquoi s'aiment-ils tant? L'Irak les lie, bien sûr. Difficile de dire pourtant ce que le Texan et le petit Japonais aux cheveux mi-longs ont en commun. Mais c'est vrai: Junichiro Koizumi a chanté Love me tender pour George Bush vendredi à Graceland, près de Memphis. Ça semblait sincère. Dans l'autre sens, l'attachement de l'Américain à l'Oriental est peut-être davantage lié à un besoin d'expier: le souvenir de son père vomissant à Tokyo sur les genoux d'un autre premier ministre japonais reste cruellement dans les mémoires.

Graceland, c'est le mausolée kitsch et le Disneyland du King. Le premier ministre nippon, depuis l'adolescence, est un adorateur d'Elvis Presley.

Pour leur dernière rencontre (Koizumi achève son mandat en septembre), le président a offert à son hôte un énorme juke-box et une visite privée - avec une armée de journalistes - dans ce haut lieu du rock originel. Pricilla, l'épouse, et Lisa Marie, la fille, leur servaient d'hôtesses et de guides, pour passer de la célèbre Jungle Room à la Cadillac rose parquée devant le petit palace colonial.

Elvis pourtant, en politique, est plus proche de Bill Clinton. En 1992, un soir de blues, quand il croyait sa campagne perdue, le démocrate avait saisi un saxophone et joué Heartbreak Hotel. Les fidèles disent que ce fut un tournant. Clinton et le King, du coup, étaient devenus des identiques. Les services secrets avaient choisi «Elvis» comme nom de code pour parler du président. Hillary aime-t-elle aussi?