Un Américain, qui avait été immortalisé les pieds sur une table dans le bureau de la cheffe démocrate Nancy Pelosi lors de l’assaut sur le Capitole, a été reconnu coupable lundi de plusieurs délits.

Après une courte délibération, les jurés ont déclaré Richard Barnett, 62 ans, coupable, entre autres, d’entrave à une procédure officielle, vol et intrusion dans un bâtiment officiel avec une arme dangereuse (un bâton de marche capable d’envoyer des décharges électriques).

Le 6 janvier 2021, il avait envahi, comme des centaines de partisans de l’ex-président républicain Donald Trump, le siège du Congrès au moment où les élus certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle.

Plus de 200 peines de prison

Il avait été photographié par l’AFP dans le bureau de la cheffe de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, les pieds sur un meuble. Le cliché avait fait le tour du monde et permis à la police de l’interpeller rapidement. Selon le dossier d’accusation, ce partisan de la mouvance complotiste Qanon avait laissé un message insultant à la démocrate et volé une enveloppe qu’elle avait signée.

Pendant son procès, il s’était montré défiant, assurant avoir été «poussé à l’intérieur» du Capitole par la foule. Sa peine sera prononcée en mai. En attendant, il reste assigné à résidence avec un bracelet électronique.

En deux ans d’enquête, plus de 950 participants à cette attaque ont été arrêtés, et près de 200 condamnés à des peines de prison.

Lire aussi: Les liaisons dangereuses de Donald Trump

Quatre nouvelles condamnations pour «sédition»

Quatre membres de la milice d’extrême droite Oath Keepers ont égalemetn été reconnus coupables de sédition lundi pour leur rôle dans l’assaut du Capitole, à l’issue du second procès organisé sur ce chef d’accusation extrêmement rare.

Parmi les centaines de personnes inculpées pour avoir semé le chaos dans le siège de la démocratie américaine, seuls 14 militants de groupuscules d’extrême droite – neuf membres des Oath Keepers et cinq des Proud Boys – ont été accusés de «sédition», un chef passible de 20 ans de prison qui implique d’avoir planifié l’usage de la force pour s’opposer au gouvernement.

Faute de place suffisante dans le tribunal fédéral de Washington, la justice a organisé le procès des Oath Keepers, accusés de s’être entraînés et armés pour l’occasion, en deux temps. Un premier procès s’est conclu fin novembre par un verdict mitigé: le fondateur de cette milice, Stewart Rhodes, et un responsable local ont été déclarés coupables de sédition, mais leurs trois coaccusés ont été acquittés sur ce chef.

Lire aussi: Attaque du Capitole: des membres des Oath Keepers jugés pour «sédition»

Lundi, à l’issue du second procès, les jurés ont jugé coupables les quatre derniers Oath Keepers, des hommes âgés de 38 à 64 ans décrits comme de dangereux «traîtres» par l’accusation, mais comme des «fanfarons» par leurs avocats.

Le procès des Proud Boys, dont leur leader Enrique Tarrio, s’est ouvert en décembre et était toujours en cours lundi, dans le même tribunal.