Son téléphone a sonné plusieurs fois dans le vide vendredi matin. Un numéro inconnu, avec un indicatif norvégien. Dimitri Mouratov l’expliquera plus tard: il était alors trop occupé à débattre avec l’un de ses journalistes. Lorsque le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta apprend la nouvelle, seules une poignée de secondes le sépare de l’annonce officielle à Oslo: aux côtés de sa consœur philippine Maria Ressa, à la tête de la plateforme numérique d’investigation Rappler qu’elle a cofondée il y a neuf ans, le voici récipiendaire du Prix Nobel de la paix.