Méditerranée

La Libye demande l’aide de l’Italie pour traquer les bateaux clandestins

Le chef du gouvernement libyen sollicite son homologue de Rome. Des navires italiens opéreraient dans les eaux territoriales libyennes pour lutter contre les trafiquants d’êtres humains

Le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a déclaré mercredi que son homologue de Tripoli, Fayez al-Sarraj, lui avait demandé l’aide de navires italiens dans les eaux territoriales libyennes pour lutter contre les trafiquants d’êtres humains.

Fayez Sarraj «m’a envoyé une lettre pour demander au gouvernement italien un soutien technique avec des unités navales italiennes dans la lutte commune dans les eaux libyennes contre les trafiquants d’êtres humains», a déclaré Paolo Gentiloni à la presse à l’issue d’une rencontre à Rome avec le chef du gouvernement d’entente nationale, reconnu par la communauté internationale mais qui peine à asseoir son autorité en dehors de Tripoli.

Lire l’interview de la cheffe de la diplomatie de l’UE: Federica Mogherini: «Il faut créer un Etat stable en Libye»

Une requête à l’examen

Cette requête des autorités de Tripoli «est à l’examen du Ministère de la défense et les options seront examinées avec les autorités libyennes et le parlement italien», a poursuivi Paolo Gentiloni.

Si l’Italie répond positivement à cette demande «comme je crois qu’il est nécessaire de le faire, cela peut représenter une nouveauté très importante dans la lutte contre le trafic d’être humains», a conclu Paolo Gentiloni.

L’espoir de réduire énormément le flux

Un accord entre les autorités de Tripoli et le gouvernement de Rome permettant l’intervention d’unités navales italiennes dans les eaux territoriales libyennes permettrait vraisemblablement de réduire énormément le flux de migrants partant des côtes libyennes.

«Il faut faire encore plus pour que nos gardes-côtes soient en mesure de combattre l’immigration clandestine et faire en sorte que nous disposions de technologies avancées pour contrôler nos côtes», a pour sa part déclaré Fayez al-Sarraj. «Je souhaite qu’on se concentre sur le contrôle des frontières sud de sorte qu’on parvienne à faire rentrer les personnes déplacées dans leur pays d’origine», a-t-il ajouté.

Plus de 111 000 migrants depuis le début de l’année

Selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations, 111 514 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le premier janvier, dont près de 93 500 en Italie. Plus de 2360 sont morts en tentant la traversée.

L’Union européenne s’est engagée mardi à aider davantage l’Italie à faire face à l’arrivée de migrants sur ses côtes. Dans une lettre à Paolo Gentiloni, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a promis 100 millions d’euros supplémentaires, en plus des 800 millions déjà engagés.

Lire aussi ce billet de blog: Migration: notre amie la Libye et ses voisins

Publicité