Vladimir Poutine s’est campé dans une posture vindicative mercredi lors de son discours annuel devant l’élite politique russe. Mais, dans un contexte de relations plus tendues que jamais avec l’Ukraine et l’Occident, il n’a annoncé aucune décision fracassante en matière de politique étrangère. «Les organisateurs de provocations contre la Russie le regretteront comme jamais ils n’ont regretté quelque chose», a lancé celui qui dirige son pays depuis vingt et un ans.

Lire aussi: Entre Russie et Occident, le risque d’une nouvelle collision