Proche-Orient

La Ligue arabe demande à Trump d'annuler sa décision sur Jérusalem

Les Etats de la Ligue arabe demandent à Donald Trump d'annuler sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, initiative qu'ils «dénoncent et condamnent»

Les Etats de la Ligue Arabe arguent que son maintien va plonger la région dans «davantage de violence et de chaos». L'initiative du président américain est une «violation dangereuse» du droit international; elle est «nulle et non avenue», a fait valoir la Ligue arabe dans une résolution publiée dimanche à 03h00 locales (02h00 en Suisse). La Ligue souligne également qu'elle compte déposer auprès du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution rejetant la décision américaine.

Un Etat palestinien

Dans leur texte, ils appellent également la communauté internationale à reconnaître un Etat palestinien «avec Jérusalem-Est comme capitale», la partie orientale de la ville annexée depuis 1967 par Israël. Et d'affirmer que les Etats-Unis se sont désormais «retirés comme parrains et intermédiaires du processus de paix» au Proche-Orient.

A l'ouverture de cette séance, émaillée par la suite de longs discours passionnés des ministres arabes le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit avait déjà souligné que la décision du président américain soulevait des questions quant au rôle de médiateur des Etats-Unis. Et ce, non seulement au Proche-Orient mais dans le monde entier.

Il a été appuyé par le ministre palestinien des Affaires étrangères. «Nous allons rechercher un nouveau médiateur parmi nos frères arabes et la communauté internationale, un médiateur qui puisse aider à parvenir à une solution à deux Etats», a complété Ryad al Maliki.

Des sanctions?

Son homologue libanais Gebran Bassil a quant à lui invité les Etats membres à envisager d'imposer des sanctions aux Etats-Unis. «Des mesures (doivent être) prises contre cette décision (...), d'abord des mesures diplomatiques, puis économiques et financières», a-t-il déclaré. Dans sa résolution finale, la Ligue arabe ne fait pas mention de sanction économique.

Les ministres des Affaires étrangères des pays membres s'étaient rassemblés samedi soir au siège de la Ligue arabe, au Caire, pour une réunion extraordinaire en vue de formuler une réponse à la décision américaine.

Bouleversant des décennies de diplomatie américaine dans la région, Trump a annoncé mercredi que les Etats-Unis reconnaissaient Jérusalem comme étant la capitale d'Israël et a ajouté que l'ambassade américaine y serait transférée. L'initiative a provoqué la colère du monde arabe et la réprobation de la communauté internationale.

Publicité