Liaisons extraconjugales et accusations de comportement inapproprié, l'ex-patron de Microsoft Bill Gates voit son image ternie par des révélations consécutives à son divorce. Lorsqu'il annonce la fin de son mariage le 3 mai après 27 ans de vie commune avec Melinda, Bill Gates est une légende de l'informatique et un philanthrope de tout premier plan.

En vingt ans, la Fondation qu'il a créée avec sa femme est devenue l'organisation caritative privée la plus puissante au monde, ayant financé divers projets pour un total de 53,8 milliards de dollars.

Lire aussi: Melinda et Bill Gates, c’est fini, mais elle ne serait jamais tombée amoureuse de lui «s’il n’avait pas eu un cœur énorme»

A 65 ans, Bill Gates, à l'allure réservée, apparaît alors comme un homme très respecté. Mais depuis 15 jours, les langues se délient et les révélations dépeignent un homme d'affaires avec des zones d'ombre.

Une relation «inappropriée» à Microsoft 

Dimanche, le quotidien d'affaires Wall Street Journal a ainsi dévoilé que le départ définitif de Bill Gates de Microsoft, en mars 2020, serait en fait lié à une relation jugée «inappropriée» avec une employée au début des années 2000. Dans une version officielle, Bill Gates, qui avait fondé Microsoft en 1975, avait quitté le conseil d'administration du groupe en 2020 pour se consacrer pleinement à sa fondation. Il n'était déjà plus directeur général depuis 2000.

Un porte-parole de Microsoft a confirmé à l'Agence France-Presse (AFP) que le groupe avait été saisi fin 2019 du fait que «Bill Gates a cherché à établir une relation intime avec une employée de l'entreprise en 2000», une ingénieure. «Un comité du conseil d'administration a examiné le problème, aidé par un cabinet d'avocats externe, pour mener une enquête approfondie», a-t-il ajouté.

L'ingénieure avait affirmé, dans une lettre, avoir entretenu une relation à caractère sexuel avec Bill Gates «pendant des années», détaille le WSJ, précisant que l'abandon des fonctions d'administrateur et le départ définitif du groupe avait eu lieu avant la fin de cette enquête.

Une autre porte-parole a toutefois maintenu auprès du WSJ que Bill Gates avait quitté Microsoft pour s'investir «à plein temps» dans sa Fondation.

Des témoignages sur «un comportement douteux»

Le quotidien financier affirme que les membres du conseil d'administration s'étaient par ailleurs enquis des liens entre Bill Gates et le financier Jeffrey Epstein, inculpé d'abus sexuels sur des dizaines de mineures dans ses luxueuses résidences avant d'être retrouvé pendu dans sa cellule en août 2019. La défense de Bill Gates a assuré qu'il s'agissait alors de relations dans le cadre de ses affaires philanthropiques qu'il avait «regrettées», souligne le quotidien.

Au-delà de cette affaire extra-conjugale et des soirées passées avec Jeffrey Epstein, le New York Times a publié lundi un long article reposant sur des témoignages de personnes sous couvert d'anonymat qui laissent entendre que «bien avant le divorce, Bill Gates était réputé pour son comportement douteux».

Lire encore: Le divorce du couple Gates résonne fortement à Genève

Le quotidien américain affirme que Bill Gates a contribué à étouffer une affaire de harcèlement sexuel dont son gestionnaire de portefeuilles Michael Larson se serait rendu coupable.

Selon deux personnes informées de ce dossier, Melinda Gates aurait d'ailleurs exprimé son désaccord en 2018 sur la manière dont ce dossier avait été géré par son mari, qui avait permis à Michael Larson de rester en poste moyennant une transaction financière avec la victime présumée.

Un impact limité sur l'image de Bill Gates

Le New York Times affirme aussi que «Bill Gates poursuivait à l'occasion des femmes au bureau». En 2006, par exemple, il aurait assisté à une présentation d'une employée de Microsoft. «Bill Gates, qui était à l'époque président de la société, a quitté la réunion et a immédiatement envoyé un e-mail à la femme pour l'inviter à dîner, selon deux personnes proches de l'échange», indique le NYT.

Selon six employés actuels et anciens de Microsoft, la fondation et la société gérant la fortune des Gates ont déclaré que ces incidents, et d'autres plus récents, «ont parfois créé un environnement de travail inconfortable».

Le NYT souligne néanmoins que «s'ils désapprouvaient le comportement de M. Gates, certains employés ne le considéraient pas comme un prédateur».

Pour Alicia Walker, professeur en sociologie à l'Université du Missouri, ces révélations ne devraient pas avoir un impact durable sur l'image de Bill Gates. Car si les Américains désapprouvent l'infidélité, «les gens ont tendance à négliger l'infidélité des hommes. C'est particulièrement le cas pour les hommes riches et puissants», a-t-elle commenté, renvoyant à l'infidélité de Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon.