Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Donald Trump photographié lors d'un discours en Floride le 31 juillet 2018.
© Evan Vucci/AP Photo

Editorial

Les limites du président sans filtre

EDITORIAL. En plein procès Manafort, Donald Trump n’hésite pas à faire pression sur le ministre de la Justice et à défendre son protégé via des tweets surréalistes. Il dévoile au grand jour le peu de cas qu’il fait de la séparation des pouvoirs

Aux Etats-Unis, le procès de Paul Manafort rend Donald Trump particulièrement nerveux. Le président américain vient coup sur coup de se fendre de tweets tellement surréalistes qu’il a fallu vérifier s’ils émanaient bien de son compte officiel et pas d’un «fake Trump». Il met en exergue son mépris de la séparation des pouvoirs avec une transparence déconcertante.

Lire aussi:  Paul Manafort affronte les juges

Le procès de son ancien directeur de campagne, un homme au train de vie luxueux qui s’est acheté des vestes en cuir d’autruche à 15 000 dollars, remet sur le devant de la scène l’enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016. Même si, formellement, l’homme comparaît ces jours avant tout pour des actes de blanchiment d’argent et de fraudes bancaires.

Sur Twitter, Donald Trump s’en est d’abord pris à son ministre de la Justice, Jeff Sessions. Il lui demande, alors même que ce dernier a dû se récuser de l’enquête russe, de mettre «immédiatement fin» à ce qu’il considère comme une «chasse aux sorcières biaisée». Puis, alors que le procès se déroule ces jours, il défend Paul Manafort de façon quasi obsessionnelle. Et va jusqu’à suggérer que son protégé est plus maltraité que ne l’a été le boss de la mafia Al Capone, longtemps «ennemi public numéro 1».

À ce sujet: Donald Trump demande à son ministre de la Justice de mettre fin à l'enquête russe

Cette ingérence présidentielle choque à plus d’un titre. Au premier jour de son procès, Paul Manafort a été accusé de se croire «au-dessus des lois»; Donald Trump, lui, le revendique en quelque sorte haut et fort à travers les réseaux sociaux. Cette tentative d’obstruction de la justice qu’il effectue au grand jour est une menace pour le bon fonctionnement de la démocratie.

La nervosité extrême du président découle-t-elle des craintes qu’il aurait à avoir des avancées de Robert Mueller, voire de la perspective de nouvelles inculpations? Ce qui est particulièrement frappant dans la méthode Trump, c’est la manière avec laquelle il expose son ressenti sans le moindre filtre. Avec un Robert Mueller qui cherche à valider des thèses d’obstruction de la justice, Trump lui livre en quelque sorte une preuve sur un tweet d’argent. On frise l’autogoal.

Il ne s’agit pas d’un dérapage isolé. Trump vient de clamer que la «collusion n’était pas un crime», tout en assurant qu’il n’y en a jamais eu entre son équipe de campagne et Moscou. Il vient aussi de provoquer un pataquès après sa rencontre avec Vladimir Poutine en tentant d’atténuer la portée de ses e-mails intempestifs, allant jusqu’à évoquer un problème de syntaxe.

Affaibli par l’enquête russe qui empoisonne son mandat depuis le début, le président s’agite dans la perspective des élections de mi-mandat. Mais il semble oublier une chose: avec un tel comportement, le malaise gagne désormais aussi les rangs républicains.


La Russie continue à vouloir affaiblir les élections américaines

La Russie continue de chercher à s'ingérer dans les élections américaines, a déclaré jeudi Dan Coats. Selon le directeur du Renseignement national américain, les initiatives déployées sont toutefois d'une ampleur moindre que celles de 2016.

«Nous continuons d'observer une campagne envahissante de messages menée par la Russie pour affaiblir et diviser les Etats-Unis», a dit Coats lors d'une réunion d'information avec les autres dirigeants de la communauté du renseignement à la Maison blanche. «C'est une menace que nous devons prendre très au sérieux», a mis en garde pour sa part Christopher Wray, le patron de la police fédérale (FBI).

«Pour l'heure, les efforts de la Russie pour tenter de miner nos valeurs fondamentales ne sont pas aussi importants qu'ils l'ont été pour influer sur l'élection présidentielle de 2016», a noté M. Coats. «Nous n'avons pas vu ce type d'efforts importants jusqu'à présent», a-t-il souligné. Le directeur du FBI a noté qu'il n'avait pas pour l'instant constaté d'attaque directe sur les infrastructures électorales. «Ce que nous voyons, ce sont des tentatives d'influence malintentionnées», a relevé M. Wray. ATS

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a