Italie

L’immigration, cible privilégiée du nouveau ministre italien de l'Intérieur

Le nouveau ministre de l’Intérieur et secrétaire de la Ligue Matteo Salvini s’est rendu dimanche en Sicile pour rappeler sa politique migratoire. Radicale, elle est inscrite dans le contrat de gouvernement signé avec le Mouvement 5 étoiles

«Sur les migrants, nous ne suivrons pas une ligne dure, mais de bon sens», explique Matteo Salvini. Lors d’une conférence de presse dimanche à Catane, en soutien à son candidat aux élections du 10 juin prochain à la mairie de cette ville sicilienne, il a enfilé sa nouvelle veste de ministre de l’Intérieur. Avant de se glisser à nouveau dans celle, qu’il semble encore préférer, de chef de la Ligue, le parti d’extrême droite désormais au pouvoir. «Basta avec la Sicile camps de réfugiés de l’Europe», lâche ainsi le Milanais de 45 ans. 
Le ton de ses discours oscille depuis deux jours entre le calme d’un ministre et l’agitation d’un tribun encore en campagne électorale. Et pour cause, Matteo Salvini remplit les deux rôles. Après sa prestation de serment vendredi comme ministre et comme vice-président du Conseil, il a assisté samedi matin dans les rangs des officiels aux célébrations et à la parade militaire à l’occasion de la fête nationale. En fin de journée, il repartait en campagne.

Lire aussi: L’Italie accouche d’un gouvernement anti-système

Un style payant

A Vicence, en Vénétie, ses propos directs n’ont pas surpris, fidèles au personnage devenu patron du parti d’extrême droite fin 2013. «Le bon temps est terminé, préparez-vous à faire les valises», lance-t-il ainsi en direction des clandestins, devant une foule de sympathisants. Son style a permis de relever une Ligue du Nord à 4% lors des élections législatives il y a cinq ans, de transformer cette formation régionaliste et fédéraliste en parti nationaliste, xénophobe et anti-euro pour lui permettre d’atteindre plus de 17% des votes le 4 mars dernier. Suite à un accord de gouvernement avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), la Ligue accède au pouvoir grâce à une ligne fortement anti-immigration. Les derniers sondages lui concèdent plus de 28% des intentions de vote, à un peu plus d’un point de son allié étoilé, encore premier parti d’Italie.

Dans leur «contrat pour le gouvernement du changement», la ligne de la Lega prend clairement le dessus sur celle du M5S. «La question migratoire actuelle est insoutenable pour l’Italie», écrivent-ils dans un constat commun. L’objectif affiché est donc de baisser drastiquement le nombre d’arrivées et d’expulser en masse les migrants irréguliers. La coalition de droite menée par Matteo Salvini avait promis en février de renvoyer quelque 600 000 personnes.

Accélérer les expulsions 

La politique migratoire du gouvernement M5S-Ligue prévoit de renforcer, aussi financièrement, les renvois au détriment de l’accueil. Pour accélérer les expulsions, le nouveau ministre de l’Intérieur compte ainsi passer des accords avec les pays de transit et de départ, qui devraient aussi examiner sur place les «demandes de protection internationale». En Italie, il prévoit d’ouvrir au moins un centre d’expulsion dans chaque région. Matteo Salvini a donc naturellement rappelé cette promesse en visitant dimanche après-midi le centre de Pozzallo, dans le sud de la Sicile, où débarquent des milliers de personnes.

Lire également: La crise italienne ne devrait pas s'étendre à la zone euro, mais rester nationale

Les migrants descendent la plupart du temps de navires d’ONG opérant en mer Méditerranée. Ces dernières ne sont pas vues d’un bon œil par le chef de la Ligue. Il les a qualifiées samedi de «vice-trafiquants». Le ministre veut limiter l’amarrage de ces navires dans les ports italiens. Il veut ainsi «protéger la frontière» et «responsabiliser les autres pays européens». A Bruxelles, il fera en sorte de changer le système de Dublin, texte prévoyant que le migrant demande l’asile dans le pays d’arrivée.

Flux en baisse

La ligne dure de Matteo Salvini laisse perplexe son prédécesseur, Marco Minniti. «Les flux migratoires ne peuvent pas être supprimés, ils peuvent être gouvernés, répond-il au Corriere della Sera. C’est ce que nous avons fait, nous sommes au onzième mois consécutif de réduction des arrivées.» Au 1er juin de cette année, 13 430 personnes sont arrivées sur les côtes italiennes contre 60 228 sur la même période de l’an dernier. Cette différence représente une baisse de 77,70% par rapport à 2017 et de 71,95% par rapport à l’année précédente, selon le gouvernement.

La même perplexité occupait les bureaux du Ministère de l’intérieur vendredi, croit savoir la presse transalpine. Ses fonctionnaires ont fait comprendre à Matteo Salvini que sa politique de renvois massifs et de blocages des navires des ONG sera sinon techniquement impossible, au moins extrêmement difficile. Expliquant ainsi des propos plus conciliants du nouveau ministre: «Je parlerais avec mes collègues européens pour collaborer, non pour nous disputer, a-t-il rassuré samedi. Nous sommes élégants, souriants et démocratiques», a-t-il ajouté, renvoyant ainsi à son «bon sens» exprimé deux jours plus tard.

Publicité