Eviter à tout prix une erreur qui pourrait leur coûter cher. A trois jours du second tour de l’élection présidentielle en Pologne, c’est le souci principal des deux candidats en lice: le président sortant Andrzej Duda, appuyé par le parti conservateur au pouvoir, Droit et justice (PiS), et son challenger libéral Rafal Trzaskowski de la Coalition civique (KO).

Ainsi, au lieu de s’affronter directement face-à-face lors d’un traditionnel débat télévisé, les deux politiciens ont préféré organiser en début de semaine un événement chacun de son côté. Devant un pupitre vide destiné à l’adversaire absent, ils ont pu présenter librement leurs vues et leurs programmes.