Les Etats-Unis ont levé lundi l’interdiction d’entrée sur le territoire américain qui ciblait des réfugiés de onze pays, a indiqué le Département de la sécurité intérieure (DHS) dans un communiqué. Les responsables américains n’ont pas dévoilé la liste des pays concernés. Selon les indications d’organismes s’occupant de réfugiés, il s’agirait de l’Egypte, l’Iran, l’Irak, la Libye, le Mali, la Corée du Nord, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

Les autorités américaines ont également annoncé un renforcement de la sécurité et des recommandations dans les procédures du programme américain d’admission des réfugiés (USRAP), notamment le renforcement des vérifications des demandes d’asile et une actualisation régulière de la liste des pays à haut risque ainsi que des critères de sélection des réfugiés.

Lire aussi: Et si Donald Trump ne savait rien des immigrés africains?

«Il est d’une importance cruciale que nous sachions qui entre aux Etats-Unis», a expliqué la patronne du DHS, Kirstjen Nielsen. «Ces mesures de sécurité supplémentaires rendront plus difficile, pour les mauvais acteurs, d’exploiter notre programme pour les réfugiés et elles s’assureront que nous aurons une approche plus basée sur le risque dans la protection de notre patrie.»

Les Etats-Unis avaient annoncé en octobre la suspension de l’interdiction d’entrée des réfugiés, sauf pour ces onze pays, quatre mois après sa mise en place dans le cadre d’un décret migratoire très controversé.

Le nombre de réfugiés limité à 45 000 pour 2018

Ce décret, pris au nom de la lutte contre le terrorisme, est entré en vigueur début décembre après un marathon judiciaire, le texte étant dénoncé comme discriminatoire envers les musulmans. Un haut responsable de l’administration, qui n’a pas souhaité être identifié, a nié que ces procédures de sécurité renforcées visaient les musulmans. «Nos procédures d’admission n’ont rien à voir avec la religion», a-t-il dit. Il n’y a «rien de bien neuf» dans ces mesures de vérification renforcée pour les pays à haut risque.

Lire aussi: La Cour suprême donne son feu vert au décret migratoire de Trump

Le DHS n’a pas donné de détails sur ces mesures concernant les onze pays. Tous les demandeurs d’asile doivent fournir des preuves détaillées sur leur histoire et leurs activités et, pour certains, doivent laisser l’administration accéder à leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement du président Donald Trump a également décidé de réduire drastiquement le nombre d’admissions de réfugiés permises aux Etats-Unis pour 2018. Seulement 45 000 personnes seront admises, contre 53 000 en 2017.

Cette annonce intervient alors que le gouvernement tente de parvenir à un accord avec l’opposition démocrate sur une limitation de l’immigration légale et un renforcement de la lutte contre les clandestins. Donald Trump a ainsi proposé de régulariser la situation de 1,8 million de jeunes immigrés menacés d’expulsion, en échange du financement par le congrès d’un mur à la frontière avec le Mexique.