Le réseau social Parler a annoncé jeudi avoir renoncé à se faire racheter par le rappeur et entrepreneur Kanye West, empêtré dans une série de polémiques et accusé d’antisémitisme. Celui qui a officiellement changé son nom en Ye l’an dernier avait fait une offre en octobre pour la plateforme prisée des conservateurs, proposition motivée selon lui par le souhait de défendre la liberté d’expression.

La maison mère de Parler, Parlement Technologies, «s’est entendue avec Ye pour mettre fin à l’accord de vente de Parler», a-t-elle indiqué sur le compte officiel Parler du réseau social. «Cette décision a été prise mi-novembre dans l’intérêt des deux parties», a précisé la société, qui a indiqué que «Parler (continuerait) à étudier des opportunités de croissance et d’évolution de la plateforme».

Admiration pour Hitler

Depuis qu’il a posté des messages à caractère antisémite sur Instagram et Twitter, début octobre, Kanye West est peu à peu devenu persona non grata dans le monde des affaires. Balenciaga, puis Adidas, ont mis fin à leur partenariat avec l’artiste.

Lire aussi: Les liaisons dangereuses de Donald Trump

Jeudi encore, le rappeur américain a confessé son admiration pour Hitler et les nazis. Lors d’une interview avec un présentateur américain complotiste Alex Jones, Ye, portant une cagoule noire recouvrant la totalité de son visage, s’est lancé dans une tirade sur le péché, la pornographie et le diable. «Je vois des choses positives aussi concernant Hitler», a déclaré le rappeur. «Ce mec […] a inventé les autoroutes, a inventé le microphone que j’utilise comme musicien. On ne peut pas dire publiquement que cette personne a fait quoi que ce soit de bien et j’en ai assez», a ajouté Kanye West.

Le rappeur, qui affirme souffrir de troubles bipolaires et a récemment suggéré qu’il pourrait briguer la présidence des Etats-Unis en 2024, a redoublé de provocation, déclenchant des rires choqués de la part de son hôte. «J’en ai assez des étiquettes. Tout être humain a apporté quelque chose ayant une valeur, surtout Hitler», a-t-il insisté. «J’aime Hitler.»

«Les nazis étaient des voyous et ont fait des choses très mauvaises», a tenté de le corriger le présentateur Alex Jones, récemment condamné à payer près d’un milliard de dollars pour avoir nié la réalité d’une tuerie dans une école. «Mais ils ont fait de bonnes choses aussi», lui a rétorqué le rappeur. «Nous devons arrêter d’insulter les nazis en permanence. […] J’adore les nazis.»

Un réseau ultra-consevateur

Lancé en 2018, Parler a gagné en popularité après l’éviction de Donald Trump de Twitter après l’attaque du Capitole le 6 janvier 2021, principalement auprès des ultra-conservateurs. Il se présente comme une alternative au réseau à l’oiseau bleu, au même titre que Gab, Gettr ou encore Truth Social, la plateforme depuis créée par l’ancien président républicain.

Décidé à limiter sa modération des échanges afin de favoriser la liberté d’expression, Parler avait été retiré des plateformes de téléchargement d’Apple et de Google peu après les événements de janvier 2021.

Il a finalement fait son retour dans la boutique d’application d’Apple en avril 2021 et sur le Google Play Store, son équivalent chez Google, en septembre dernier, après avoir étoffé la modération de ses contenus.

Lire aussi: Le rappeur Kanye West veut acheter le réseau social Parler