Les Etats-Unis se sont dits «déçus» de la décision de la Cour internationale de justice qui s'est déclarée mercredi compétente pour recevoir la demande de Téhéran d'annuler les sanctions rétablies par l'administration de l'ancien président américain Donald Trump. «Le jugement d'aujourd'hui est une décision préliminaire, pas une décision sur le fond», a souligné le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price. Il a aussi critiqué l'Iran et ses tentatives pour présenter «cette décision comme favorable à ses arguments sur le fond».

Ce n’est que l’un des très nombreux dossiers à traiter par la nouvelle administration américaine, mais Joe Biden va devoir le replacer rapidement tout en haut de la pile: la question du nucléaire iranien est, depuis quelques jours, de nouveau dans tous les esprits. Les autorités de Téhéran pressent. Et elles brandissent quelques arguments de choc pour se faire entendre.