Moyen-Orient

L’Iran continue de respecter l’accord sur le nucléaire

Un rapport de l’AIEA indique que l’Iran continue de respecter les termes de l’accord de Vienne, signé en 2015, sur le nucléaire. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a de son côté critiqué l’inaction européenne pour contrer l’Iran

L’Iran continue de respecter l’accord de 2015 sur son programme nucléaire, a indiqué jeudi l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans un rapport. Celui-ci indique que l’Iran respecte les restrictions prévues par l’accord sur ses installations nucléaires. Ces informations de l’AIEA interviennent alors que le président américain Donald Trump a décidé le 8 mai de sortir de l’accord international sur le nucléaire iranien.

L’AIEA considère toutefois qu’une «coopération proactive et rapide de la part de l’Iran pour fournir un accès [aux inspecteurs de l’AIEA] faciliterait la mise en œuvre et améliorerait la confiance». Un haut diplomate de l’AIEA a précisé que cette mention n’était pas motivée par un manque de coopération de la part de Téhéran ou un changement de comportement de sa part.

Lire également: La stratégie de puissance des Américains au Moyen-Orient

L’AIEA, «encourage l’Iran à aller au-delà des exigences» posées par l’accord du 14 juillet 2015 afin d’améliorer la confiance. L’Iran pourrait ainsi inviter les inspecteurs de l’agence sur des sites auxquels ils n’ont pas demandé l’accès, a-t-il suggéré.

Avis diamétralement opposés

Signé par la République islamique et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), l’accord de Vienne a permis un retour de l’Iran dans la communauté des nations après des années d’isolement, et un allégement des sanctions internationales le visant en échange d’une réduction drastique du programme nucléaire iranien.

Présenté par des partisans en Occident comme le meilleur moyen d’empêcher l’Iran d’acquérir l’arme atomique, l’accord est aux yeux du président américain Donald Trump l’«un des pires» jamais conclus par Washington.

Mike Pompeo critique l’inaction européenne

Les Européens tentent de garder l’Iran dans l’accord malgré le retrait américain, Téhéran exigeant des «garanties» solides de leur part pour que l’Iran puisse bénéficier des retombées économiques attendues de la signature de cet accord il y a trois ans.

Lire aussi: Pour Federica Mogherini, «il n’y a pas de solution alternative» à l’accord avec l’Iran

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a de son côté accusé jeudi les pays européens de n’avoir «rien fait» pour contrer le programme iranien de missiles balistiques malgré leurs promesses. «Les Européens nous avaient dit, c’est vrai, qu’ils étaient prêts à faire quelque chose au sujet des missiles, et pendant trois ans, ils n’ont rien fait, rien», a-t-il déploré devant une commission parlementaire.

Après le retrait américain de l’accord sur le nucléaire, Mike Pompeo a présenté cette semaine 12 exigences pour un «nouvel accord» beaucoup plus vaste, mais cette stratégie a été critiquée par Téhéran ainsi que par les Européens.

Publicité