C’est une femme, elle vit en Iran, elle est DJ et productrice de musique électronique. «Et tout ça n’est pas si simple», s’exclame-t-elle, un sourire en coin. Samedi soir, Nesa Azadikhah était aux platines du Groove, à Genève, pour une performance dans le cadre du festival Les Créatives. Il y a un peu plus de deux mois, la jeune femme de 38 ans, l’une des artistes les plus demandées de la scène underground téhéranaise, entamait sa toute première tournée européenne. Le 14 septembre dernier, à Téhéran, elle grimpait dans un avion direction la France. Au même moment, Mahsa Amini, une jeune kurde de 22 ans, était arrêtée par la police des mœurs pour un hijab mal mis. Le 15 septembre, Nesa Azadikhah se produisait à Paris. Le lendemain, Mahsa Amini était morte. Et le 17 septembre, l’Iran s’embrasait.