Large soutien pour le rapport sur Gaza

Genève Israël et les Etats-Unis isolés

Israël a rarement été aussi isolé au sein du Conseil des droits de l’homme (CDH). Vendredi, l’instance a adopté à une écrasante majorité une résolution assurant le suivi du rapport sur la guerre de Gaza de l’été dernier. La commission d’enquête avait réuni suffisamment d’éléments laissant penser que des crimes de guerre ont été commis par l’armée israélienne, mais aussi par le Hamas.

Seuls les Etats-Unis se sont opposés au texte, qui avait pourtant été atténué par l’Organisation de la conférence islamique agissant au nom des Palestiniens. «Avant le vote, le représentant d’Israël, Eviatar Manor, avait dénoncé en vain «un manifeste anti-israélien» et le fait que le CDH était devenu «un agent provocateur qui souffle sur les flammes plutôt que de les éteindre».

L’enquête va continuer

Sur les 47 membres du CDH, cinq autres pays se sont abstenus: l’Ethiopie, l’Inde, le Kenya, le Paraguay et la Macédoine. Les négociations ont duré jusqu’à la dernière minute avec les Européens, lesquels ont finalement soutenu le texte. Même les Britanniques, pourtant très réticents, se sont ralliés au consensus. «Nous aurions voulu que les tirs de roquettes contre l’Etat hébreu soient explicitement condamnés», a toutefois regretté l’ambassadeur britannique Julian Braithwaite. En revanche, la mention des six civils israéliens tués a été rajoutée dans le texte aux côtés des 1462 civils palestiniens qui ont péri durant l’opération «Bordure protectrice».

La résolution appelle les Israéliens et les Palestiniens à collaborer avec l’examen préliminaire lancé par la Cour pénale internationale, une procédure devant déterminer s’il y a lieu d’ouvrir ou non une enquête sur des crimes de guerre commis à Gaza.

Le CDH a aussi décidé de prolonger le mandat de la commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme commis par le régime érythréen.