Le nouvel exécutif européen, qui doit encore être approuvé par le Parlement européen après des auditions publiques de chaque commissaire en janvier, est dominé par la droite: il compte 13 conservateurs, 8 libéraux et seulement 6 socialistes.

Treize commissaires sur 27 ne siégeaient pas dans la Commission sortante. Il y a 9 femmes contre 8 dans la Commission sortante.

Allemagne: Günther Oettinger (Energie)

Autriche: Johannes Hahn (Politique régionale)

Belgique: Karel De Gucht (Commerce)

Bulgarie: Rumiana Jeleva (Coopération, Aide humanitaire)

Chypre: Androulla Vassiliou (Education, Culture, Multilinguisme)

Danemark: Connie Hedegaard (Climat)

Espagne: Joaquin Almunia (Concurrence - Vice-président)

Estonie: Siim Kallas (Transports - Vice-président)

Finlande: Olli Rehn (Affaires économiques et monétaires)

France: Michel Barnier (Marché intérieur, services financiers)

Grèce: Maria Damanaki (Affaires maritimes et pêche)

Hongrie: Laszlo Andor (Emploi, Affaires sociales)

Irlande: Maire Geoghegan Quinn (Recherche et innovation)

Italie: Antonio Tajani (Industrie et entreprises)

Lettonie: Andris Piebalgs (Aide au développement)

Lituanie: Algirdas Semeta (Fiscalisté et union douanière)

Luxembourg: Viviane Reding (Justice, droits fondamentaux - Vice-présidente)

Malte: John Dalli (Santé et Protection des consommateurs)

Pays-Bas: Neelie Kroes (Nouvelles technologies - Vice-présidente)

Pologne: Janusz Lewandowski (Budget)

Portugal: José-Manuel Barroso (président)

République tchèque: Stefan Füle (Elargissement)

Roumanie: Dacian Ciolos (Agriculture)

Royaume-Uni: Catherine Ashton (vice-présidente, diplomate en chef de l’UE)

Slovaquie: Maros Sefcovic (Relations institutionnelles - Vice-président)

Slovénie: Janez Potocnik (Environnement)

Suède: Cecilia Malmström (Affaires intérieures)