La première liste de candidats à la succession du haut-commissaire pour les réfugiés Ruud Lubbers présente quelques surprises. A côté des personnalités attendues, comme l'ancien ministre français Bernard Kouchner, soutenu officiellement par Paris, le numéro trois du HCR Kamel Morjane ou l'actuel patron d'OCHA (l'office humanitaire des Nations unies) Jan Engeland, d'autres noms sont plus surprenants. C'est le cas de l'ancien premier ministre espagnol José Maria Aznar, de l'ex-commissaire européenne italienne Emma Bonino, du président de l'International Crisis Group, l'Australien Gareth Evans, ou du Danois Soren Jessen Petersen, ex-patron de la Minuk au Kosovo. Aux Nations unies, l'on affirme que l'actuel favori est toutefois un homme du sérail: l'actuel secrétaire général adjoint chargé de l'information Shashi Tharoor, brillant intellectuel indien donné, parfois, comme un candidat possible à la succession de Kofi Annan. Fait inédit: celui-ci avait, pour la première fois, ouvert l'appel de candidature aux grandes organisations non gouvernementales. Aucune date butoir pour le choix final n'a encore été arrêtée.