Italie

L’Italie endeuillée après un violent séisme

Le séisme a causé d’importants dégâts au patrimoine culturel de Ferrare. Ce lundi matin, le bilan est passé à 7 morts, alors que de nouvelles secousses ont eu lieu dans la nuit

Au moins six personnes ont été tuées et une cinquantaine d’autres blessées dans un fort séisme qui a frappé, dans la nuit de samedi à dimanche, la région entre Ferrare et Modène, au nord-est de l’Italie. Près de 3000 personnes ont dû être évacuées, a indiqué la protection civile.

Parmi les victimes figurent quatre ouvriers qui travaillaient de nuit dans des usines. Deux femmes sont décédées après avoir été prises de malaise à la suite du déclenchement du séisme: une Allemande de 37 ans, qui était en déplacement de travail près de Bologne, et une femme de plus de 100 ans. En revanche, une petite fille de 5 ans restée emprisonnée sous les ruines de sa maison à Finale Emilia a été sauvée par les pompiers.

Le séisme, de magnitude 6 et survenu à 5,1 km de profondeur, avait son épicentre à Finale Emilia, à 36 km au nord de Bologne, dans la zone de Modène. La forte secousse sismique d’une vingtaine de secondes, ressentie dans tout le nord-est de la Péninsule, de l’Emilie-Romagne à la Vénétie, a été suivie de plusieurs répliques, moins fortes. Les principales liaisons ferroviaires ont repris dans la journée de dimanche, mais une prison et plusieurs hôpitaux ont été évacués par mesure de sécurité, dans la crainte de nouvelles secousses. A la frontière, les Tessinois ont aussi ressenti le tremblement de terre, mais aucun dégât n’a été signalé sur le sol suisse.

Sous l’impact de ce séisme, équivalent dans son intensité à celui de L’Aquila en 2009, qui avait causé la mort de plus de 300 personnes, plusieurs joyaux architecturaux de villages proches de Ferrare ont été endommagés. Des dégâts importants sont ainsi survenus dans la petite ville de San Felice, où une église s’est écroulée et de nombreux monuments historiques ont été endommagés. Et, selon un responsable du consortium du Grana Padano, un fromage similaire au parmesan, plus de 300 000 meules ont été détruites ainsi que des entrepôts pour un coût de 250 millions d’euros.

Le double choc

Le chef du gouvernement italien, Mario Monti, a décidé d’anticiper son retour du sommet de l’OTAN, afin de se trouver lundi matin dans une Italie doublement sous le choc: samedi soir, une jeune fille de 16 ans a été tuée et cinq de ses camarades grièvement blessées dans un attentat non revendiqué devant un lycée du sud du pays, provoquant une énorme vague d’émotion dans la Péninsule. Les enquêteurs suivent la piste d’un acte individuel et isolé.

Publicité