Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’Italie pourra s’appuyer sur la France. Ici, le premier ministre italien, Paolo Gentiloni, sur la scène du théâtre antique grec de Taormina.
© Chesnot / Getty Images

Monde

L’Italie entend imposer le dossier des migrants à ses partenaires du G7

Le sommet qui se tient vendredi et samedi en Sicile doit aborder des thèmes comme le climat, le commerce et le terrorisme. Mais Rome souhaite obtenir un engagement commun fort sur l’immigration

1004 personnes sauvées en mer mardi doivent débarquer ce vendredi matin au port de Salerne, près de Naples. Dans le même temps, quelques centaines de kilomètres plus au sud, les chefs d’Etat et de gouvernement des sept principales puissances économiques du monde arrivent à Taormine, en Sicile, pour l’ouverture du G7. Mais les tragédies ne s’interrompent pas. 7100 personnes ont été secourues cette semaine seulement.

L’Italie, qui assure la présidence 2017 du G7, est particulièrement attachée à la question migratoire. Bien que le dossier ne soit pas une priorité du sommet, contrairement au climat ou au commerce international, Rome a choisi de le mettre en avant. Le choix de l’île, principale porte d’entrée de l’immigration en Europe, comme région hôte est un choix symbolique.

Lire aussi: Avant le G7, Donald Trump continue de semer le doute parmi ses alliés européens

Continent africain mis à l’honneur

Se sentant depuis des mois délaissée sur la question, la péninsule s’est investie directement dans les pays de départ et de transit pour ralentir le flux des arrivées sur son territoire. Dimanche, le ministre italien de l’Intérieur a reçu à Rome ses homologues libyen, tchadien et nigérien. Ils se sont notamment engagés à former et à renforcer les garde-frontières et à construire des centres d’accueil pour «migrants irréguliers» au Niger et au Tchad, au sud de la Libye. Le continent africain est d’ailleurs mis à l’honneur de ce G7. Plusieurs pays du nord et de l’est du continent sont invités samedi matin à participer au «dialogue élargi» sur le thème «innovation et développement en Afrique».

L’engagement principal de l’Italie reste en Libye, d’où partent la grande majorité des bateaux de fortune. En février dernier, Rome a signé un accord avec le gouvernement de Fayez al Serraj, le seul reconnu par la communauté internationale, pour lutter «contre l’immigration clandestine» et contrer le trafic d’êtres humains. L’Italie, en contrepartie, doit financer des «programmes de croissance dans les régions frappées par le phénomène de l’immigration illégale».

Créer un front européen

Lors de sa visite à Rome, mercredi, le président américain a reconnu le leadership italien en Libye. Parole bienvenue, même s’il est difficile de comprendre la position des Etats-Unis sur le sujet, tant la politique internationale de Donald Trump «n’est pas linéaire», selon Roberto Virzo, professeur de droit international à l’Université du Sannio, à Bénévent. L’Italie pourra cependant s’appuyer sur la France. Lors de la présidence de François Hollande, Paris «ne s’est jamais montrée vraiment hostile contre sa politique en Libye, ajoute le professeur. Et maintenant, Emmanuel Macron est très important pour le gouvernement italien actuel, car il croit en l’intégration européenne.»

L’hôte du G7 va ainsi tenter de créer un front commun pour la stabilisation de la Libye. Cela permettrait d’affronter non seulement le défi de l’immigration, mais aussi celui de l’Etat islamique, présent aux portes de l’Europe. Après l’attentat de Manchester, lundi, le premier ministre italien, Paolo Gentiloni, a souhaité que depuis «le G7 parte un message le plus fort possible d’engagement extraordinaire commun contre le terrorisme». L’attaque a paradoxalement donné plus de poids à la position italienne sur la Libye, le terroriste en étant originaire.

Entente largement critiquée

Mais cette entente entre les deux pays est largement critiquée, tant la situation libyenne est instable. L’ONG SOS Méditerranée a dénoncé mercredi le comportement de personnes identifiées comme des gardes-côtes libyens. Ils ont tiré en l’air pour intimider les migrants, selon l’organisation, qui atteste d’un «nouveau pas franchi dans le désordre qui règne dans les eaux internationales au large de la Libye». Médecins sans frontière profite par ailleurs du sommet pour appeler le G7 «à prendre des engagements courageux vers des politiques migratoires humaines».

En Sicile, le phénomène sera invisible pendant le sommet. Les débarquements de migrants ont été interdits sur l’île pendant le sommet, jusqu’à dimanche. Du haut de Taormine, le temps de leur visite, les dirigeants du Groupe des sept verront une mer azur, nettoyée de tout drame.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a