Le livre qui retrace le suicide politique de DSK

Deux journalistes du «Monde» révèlent comment les proches de Dominique Strauss-Kahn ont tenté de le protéger de lui-même. Même Nicolas Sarkozy l’avait mis en garde avant qu’il ne parte au FMI. Leur livre révèle la distance entre François Hollande et celui qui aurait pu occuper sa place à l’Elysée

«C’est l’aventure moderne d’un homme porté par une puissante agence de communication, persuadée qu’on peut tout bâtir avec des images, et qui s’appliqua chaque fois à colmater soigneusement les fissures dans le mur de sa réputation.» C’est par ces mots que Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, journalistes au Monde, présentent elles-mêmes «le» livre qui ne va pas tarder à s’arracher en librairie. Les Strauss-Kahn (Editions Albin Michel), malgré son titre, raconte moins l’histoire d’un couple que celle d’un homme et de son clan. On croyait tout savoir de la double vie de celui qui, il y a treize mois encore, semblait promis à l’Elysée? On découvre que DSK, qui s’apprêtait pourtant à déclarer sa candidature quelques jours après son arrestation à New York en mai 2011, ne semblait pas prendre d’autres précautions pour cacher ses pratiques libertines et son appétit obsessionnel du sexe que de tenter de crypter ses téléphones portables auprès d’un ami spécialiste de la criminalité…

DSK avait-il réellement l’ambition de gagner la présidentielle? A la lecture de cette enquête fouillée qui se lit comme un polar, on est en droit de se demander si ce n’est pas davantage son entourage que l’ancien directeur du FMI lui-même qui nourrissait ce dessein. Plus encore que la «firme», ce cercle qui veillait en 2007 sur la campagne de Nicolas Sarkozy, une véritable «bande, formée de proches issus de l’agence de pub RSCG, s’efforçait visiblement de protéger Dominique Strauss-Kahn de lui-même ou de réparer les dégâts qu’il ne pouvait s’empêcher de commettre. Sous la plume des deux journalistes, le portrait de Ramzi Khiroun est le plus féroce. L’«âme damnée» de DSK, entré au culot dans l’intimité de l’homme politique, se chargeait particulièrement d’étouffer tous les incendies. Comme lorsque Le Nouvel Observateur publie à l’été 2003 un article explosif. Un journaliste de l’hebdomadaire s’est alors lui-même immiscé dans une boîte échangiste pour y décrire par le menu les agissements d’«un ministre». Panique de Khiroun, qui pense que le nom de son mentor va être dévoilé. Il bondit au siège du journal pour obtenir un exemplaire avant parution. Fausse alerte. Le nom de DSK n’est pas cité…

Le penchant compulsif de DSK pour les femmes était connu bien avant l’affaire du Sofitel, confirment les deux auteurs. «Lorsqu’il était à Bercy, DSK s’épanchait parfois auprès d’une de ses collaboratrices. Il lui avait avoué qu’il rangeait ses conquêtes dans trois cases différentes: «en cours», «en stock» et «archives», écrivent-elles. Piquant: même Valérie Trierweiler, qui n’était pas encore la compagne de François Hollande, avait été approchée mais l’avait sèchement éconduit. Anne Sinclair, malgré la mise en garde de ses amies, ne voulait rien savoir. «Tant qu’il la séduisait et qu’elle le séduisait…»

Avant son départ pour Washington, ceux qui protègent les secrets de DSK sont pourtant peu nombreux à oser le mettre explicitement en garde. Peur, pour ces courtisans, d’être disgraciés? L’un des seuls à l’avertir est alors un certain… Nicolas Sarkozy! «Je te préviens: fais attention avec les femmes. Tu connais les Américains, ils ne plaisantent pas», lui confie celui qui est alors président et qui vient de propulser au FMI celui qui pourrait devenir son adversaire en 2012. Sarkozy, qui connaissait très bien DSK et dînait régulièrement chez lui une vingtaine d’années plus tôt, a-t-il réellement cherché à le protéger? Toujours est-il que celui qui fut longtemps ministre de l’Intérieur n’ignorait rien des fiches de police le concernant. Y compris celle faisant mention d’un contrôle dans une voiture stationnée en plein milieu de la chaussée au Bois de Boulogne, haut lieu de la prostitution. A moins que l’ancien président n’ait préféré faire éclater «la bombe» DSK en pleine campagne présidentielle? La nuit de son arrestation à New York, c’est l’un des fils de Sarkozy, Pierre, qui juge l’information suffisamment importante pour réveiller son père, révèle le livre. Mais le président va alors soigneusement se garder d’exploiter l’affaire. Au contraire. Il reçoit Yvan Levaï, l’ex-mari d’Anne Sinclair, et à cet étonnant émissaire il promet de «tenir ses troupes»!

Dans son propre camp politique, Martine Aubry l’avait elle aussi incité à faire preuve de prudence, écrivent les auteurs. «Tu fais attention avec les filles? Tu as arrêté?» DSK balaie la question en deux secondes: «Mais évidemment! Tu penses! Je ne suis pas dingue!» Il est si catégorique que la première secrétaire du Parti socialiste se dit qu’elle n’a pas de raisons de douter. Celle qui avait noué avec DSK un pacte de non-agression n’aurait pas été seulement gênée par ce travers de DSK. Le luxe ostentatoire de son riad de Marrakech l’avait aussi indisposée. «Dominique, vous êtes riche. Vous avez le droit, c’est de l’argent légitimement gagné par la famille d’Anne. Mais, quand on est riche, il faut être généreux. Il faut que vous créiez une fondation.» Un conseil qu’il n’a jamais suivi…

L’intérêt du livre ne réside évidemment pas dans le sel dont il est pimenté. Le document éclaire notamment les liens entre François Hollande et celui qui aurait pu être son rival pour l’Elysée et que François Mitterrand décrivait déjà autrefois comme un «jouisseur sans destin». DSK ne vouait que mépris à celui qui se flattait d’être un «candidat normal». «S’il m’emmerde, celui-là, je l’écrase!» Une détestation réciproque. On apprend ainsi que François Hollande est le seul dirigeant socialiste qui n’a ni téléphoné ni écrit à DSK ou à Anne Sinclair après l’affaire du Sofitel. Et lorsque, invité sur Europe 1 quelques jours avant son élection, François Hollande y croise Ramzi Khiroun, il l’écarte fermement, rapportent les au­teurs du livre. Salarié de Lagardère, propriétaire de la station, l’ange gardien de DSK voulait lui dire qu’il y serait toujours le bienvenu…

«Je te préviens: fais attention avec les femmes. Tu connaisles Américains, ils ne plaisantent pas»

Publicité