Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La dégringolade de la livre turque signifie un coup pour le pouvoir d’achat de la population.
© Chris McGrath/Getty Images ©

Monnaies

La livre turque s’effondre, le franc suisse s’envole

Les mesures annoncées lundi par la banque centrale turque s’avèrent insuffisantes. La peur de la contagion a gagné les marchés

Les marchés n’ont pas été rassurés par les annonces faites lundi par la banque centrale de la Turquie en vue de stopper l’hémorragie de la livre. Dès lors, face au risque de contagion vers l’Europe, principal partenaire économique de la Turquie, l’euro a dévissé par rapport aux principales devises. Du coup, l’impact sur le franc suisse ne s’est pas fait attendre. Celui-ci a retrouvé son rôle de monnaie refuge, s’échangeant lundi à 1,13 franc contre un euro, alors qu’il valait encore 1,14 franc vendredi et 1,17 franc il y a pile un mois.

Lire aussi: La Turquie prend des mesures pour stopper la chute de sa monnaie

Pour Fabrizio Quirighetti, chef économiste de la banque Syz, à Genève, la fluctuation de la monnaie suisse n’est pas inquiétante à ce stade. «Il est préférable d’avoir un franc fort dans une croissance mondiale forte qu’un franc faible dans une croissance molle», affirme-t-il.

Effet domino

La débâcle de la livre turque a aussi provoqué un effet domino sur les monnaies des pays émergents. «Ceux qui, comme la Turquie, sont dépendants des capitaux étrangers, sont les plus touchés, poursuit Fabrizio Quirighetti. Les investissements étrangers prennent la porte de sortie à la moindre fragilité.» Selon lui, ils s’en vont aussi là où il y a des perspectives de taux d’intérêt plus rémunérateurs. Aux Etats-Unis, par exemple, où la Réserve fédérale envisage plusieurs hausses en 2018.» Rand sud-africain, peso argentin, real brésilien, rouble russe plongent depuis plusieurs semaines. La dégringolade a toutefois été exacerbée depuis la fin de la semaine passée.

Lire également: Derrière la chute de la livre, le mirage économique turc

«La banque centrale turque a fait un pas dans la bonne direction lundi, mais celui-ci est largement insuffisant», commente Aneeka Gupta, stratège actions chez WisdomTree, à Londres. Les marchés s’attendaient à un véritable plan d’actions.» Selon la spécialiste, une hausse du taux d’intérêt ainsi qu’un plan de redressement économique avec une intervention du Fonds monétaire international (FMI) s’imposent. Le pays a en effet favorisé la croissance à court terme par l’explosion du crédit au détriment d’une stabilité économique à long terme. «Globalement, les investisseurs sont restés sous-pondérés à l’égard de la Turquie par rapport aux autres marchés émergents», note Aneeka Gupta.

Thérapie de choc nécessaire

Philippe Waechter, chef économiste chez Ostrum Asset Management, à Paris, affirme que la banque centrale turque aurait dû oser davantage que les deux mesures annoncées lundi matin pour rassurer les marchés – limiter la spéculation sur la livre et donner des moyens aux banques nationales pour financer l’économie. «Elle a été timide et, surtout, elle n’a pas changé d’orientation de façon radicale», fait-il remarquer.

Et encore: La chute de la livre turque menace la réélection d’Erdogan

Selon l’économiste d’Ostrum, la thérapie de choc aurait pu être l’imposition des contrôles de mouvements de capitaux. «Une telle mesure temporaire aurait limité la volatilité, le temps de stabiliser l’économie, explique-t-il. Il y a quelques années, une telle mesure était critiquée, mais, désormais, même le FMI l’admet dans certaines situations. Les marchés ont besoin de messages forts et clairs.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a