La déflagration secoue la maisonnette. Les fenêtres tremblotent après que le bruit s’est évanoui. Contrairement à Volodymyr Singaievski, que tout le monde appelle Sing, assis dans la cuisine et qui ne sourcille pas. «C’est un départ d’obus», précise le sous-colonel Sing, qui dirige le 516e bataillon de la 1re brigade, et qui a transformé en caserne cette chaumière discrète dans la campagne entre Siversk et Bilohorivka, le long de la ligne de front. Sing compte six départs tonitruants: des obus tirés par un AHS Krab (canon automoteur de 155 mm dont la Pologne a livré 18 unités à l’Ukraine). La réponse russe ne tarde pas: des salves d’impact d’abord lointaines puis de plus en plus proches et menaçantes.