témoignages

L’odyssée des migrants africains

Notre collaborateur Etienne Dubuis a recueilli en Sicile les récits de plusieurs dizaines de migrants ouest-africains repêchés en Méditerranée. De son reportage, il a tiré un livre, dont voici des extraits

Etienne Dubuis est journaliste au Temps. Longtemps, il a suivi de loin, à travers les agences, les statistiques, les images de bateaux surchargés, la migration en cours. Mais il est aussi reporter. Et pour lui, il était essentiel de mettre des visages et des paroles sur les informations qui alimentent en continu médias et discours européens.

Avant d’aller à la rencontre des migrants africains en Sicile, avant d’interroger ces naufragés qui se jettent sur les rivages de l’Europe, Etienne Dubuis a enquêté. Et il a choisi de rencontrer une catégorie particulière de migrants: les Africains de l’Ouest. Parce que, dit-il, ce sont les moins bien considérés des réfugiés, parce que leur migration est aussi sans doute celle qui durera le plus longtemps. Réputés migrants économiques, les Africains de l’Ouest fuient la misère, mais aussi la coutume, le poids de la famille et de la société.

Ce qu’Etienne Dubuis a voulu faire connaître à travers les témoignages de Konaté*, de Richard*, de Tairu* et de la quarantaine de migrants qu’il a rencontrés, c’est un état d’esprit, une détermination ou un désespoir et le récit d’expériences aussi singulières que traumatiques. Pourquoi part-on? Comment se passe le voyage? Comment traverse-t-on l’espoir, les souffrances et la peur? Les naufragés. L’odyssée des migrants africains (Karthala) qui paraît ces jours en Suisse est une occasion rare de partager avec ces voyageurs du désespoir la substance d’une aventure humaine. Dans notre infographie, des extraits de ces paroles de naufragés.

A propos du récent sommet européen sur les migrants: Les 28 accouchent d’une solution européenne en trompe-l’œil


Etienne Dubuis
Les naufragés. L’odyssée des migrants africains
Karthala, 194 p.


* Prénom d’emprunt.

Publicité