L'essentiel

En France, les salles de sport, fêtes foraines, et restaurants rouvriront dès mercredi.

En Suisse, il est possible depuis ce lundi de télécharger l'application qui contiendra le certificat covid de la Confédération.

A ce sujet: L'app du certificat covid est là (mais inutile de se précipiter)

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a tenu un point presse aujourd'hui à 14h, à (re)voir ci-dessous:

La Suisse compte ce mardi 429 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'OFSP. On déplore quatre décès et 31 malades ont été hospitalisés.

Retrouvez notre suivi de la journée du 7 juin


■ Le personnel soignant et le personnel de cuisine ont été plus infectés que la moyenne

Les professions de la santé, ainsi que le personnel de ménage et de cuisine ont été plus touchés par le Covid-19 que le reste de la population. C'est ce que montre une étude de suivi menée dans le canton de Genève après la première vague.

Notre article à ce sujet: Les personnels de santé et de cuisine ont été les plus touchés par le Covid-19


■ Le Japon envisage de vacciner les 70 000 volontaires des Jeux de Tokyo

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo envisagent de vacciner les 70 000 volontaires qui vont y prendre part, a déclaré mardi le directeur général de Tokyo-2020 Toshiro Muto, dans le but de réduire les risques d'infection à environ six semaines du début des épreuves.

Toshiro Muto a indiqué qu'un plan visant à offrir des vaccins aux volontaires qui aident sur les sites et au village olympique était «en cours de discussion», et qu'il pourrait être élargi aux médias nationaux et aux autres participants basés au Japon. «En ce qui concerne les bénévoles, en particulier ceux qui sont amenés à côtoyer les athlètes, nous devons les traiter comme s'ils étaient des athlètes», a-t-il ajouté.


■ Le Conseil des Etats est favorable à l'idée d'une cérémonie à la mémoire des victimes de la pandémie

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, quelque 10 000 personnes sont décédées. La plupart des proches n'ont pas pu accompagner les victimes durant leur maladie et n'ont pas pu prendre congé d'elles dignement. De nombreuses personnes sont encore malades et souffrent de séquelles à long terme. Une cérémonie commémorative donc nécessaire pour renforcer la solidarité avec les personnes endeuillées, malades ou décédées, estime la Verte Maya Graf, à l'origine d'un postulat déposé devant le Sénat.

Le Bureau du Conseil des Etats est favorable au principe d'organiser une cérémonie commémorative, a indiqué Thomas Hefti (PLR/GL). Un postulat identique a été présenté au National. S'il est également accepté, les présidents des Chambres prendront contact avec le Conseil fédéral afin de trouver une solution adéquate pour mettre en oeuvre l'objectif visé.


■ Les tests rapides ne donneront pas droit à un certificat de guérison valable à l'international

Les personnes qui ont été diagnostiquées positives au Covid-19 sur la base d’un test rapide (ou test antigénique) ne pourront pas obtenir de certificat sanitaire valable internationalement, a annoncé mardi la médecin cantonale bernoise Linda Nartey devant la presse.

Les cantons sont en train de mettre en oeuvre les certificats covid en tenant compte de leurs ressources en personnel et du point de vue technique. Des processus automatisés sont prévus, mais leur mise en place «va nécessiter des interventions plus ou moins compliquées», a relevé la médecin. Depuis lundi, plusieurs cantons ont lancé des opérations pilotes. «Le canton de Berne délivre par exemple des certificats depuis cette date», a-t-elle ajouté.

Lire aussi: Le certificat covid se précise, mais attention aux zones d’ombre

Malgré une bonne collaboration entre les différentes instances concernées, un certain nombre de défis se posent encore concernant la distribution de ces certificats à grande échelle. Quelles que soient les questions qui se posent, «elles devront trouver une réponse dans les semaines qui viennent», a avancé Linda Nartey.


■ L'OFSP pourrait prolonger la validité de la protection vaccinale à 9 ou 12 mois

«Depuis vendredi, moins de 500 nouveaux cas journaliers ont été annoncés, une première depuis septembre», s'est réjouie Virigine Masserey, la cheffe de la section contrôle des infections à l'OFSP, lors de la conférence de presse des experts de la Confédération. Aux soins intensifs, la tendance à la baisse est plus lente, en raison de la longue durée de ces types d'hospitalisation, a-t-elle expliqué. «Il est trop tôt pour mesurer les impacts des allègements du 31 mai, mais on peut être positif pour les perspectives de cet été», a-t-elle souligné. 

Nos voisins européens suivent une tendance similaire. Dans le reste du continent en revanche, le taux d'incidence du virus est plus élevé dans certains pays. Pour ce qui est de la durée de la protection conférée par les vaccins (établie pour le moment à 6 mois), l'OFSP dit suivre attentivement l'évolution des données. Il se prononcera dans les prochains jours sur une éventuelle prolongation de cette durée à 9 ou 12 mois.

Enfin, bien que l'OFSP recommande aux personnes guéries du covid de se faire vacciner six mois après avoir contracté l'infection (trois mois pour les personnes vulnérables), «il est tout à fait autorisé de se faire vacciner plus tôt si on le souhaite», assure Viriginie Masserey.


■ 429 nouveaux tests positifs depuis hier

La Suisse compte mardi 429 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 31 malades ont été hospitalisés.

  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 17 874 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 2,40%.
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 8385, soit 96,99 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,75.
  • Les patients Covid-19 occupent 12,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 66,90%.

■ Alain Berset annonce une nouvelle livraison de doses

La Suisse recevra plus de 600 000 nouvelles doses de vaccin Moderna d'ici à la fin de la semaine. Le ministre de la santé Alain Berset en a fait l'annonce mardi, après avoir visité à Granges (SO) le premier centre «drive-in» de vaccination du pays, ouvert depuis une semaine.

Nous sommes l'un des seuls pays à ne vacciner qu'avec des vaccins de type mRNA, soit les meilleurs

Alain Berset

«Nous sommes sur le bon chemin», a déclaré le conseiller fédéral aux médias réunis à Soleure. «Mais un quart de la population vacciné, ce n'est pas encore assez pour stopper la pandémie», a-t-il mis en garde.


■ Un million de certificats sanitaires ont déjà été émis dans l'UE

Plus d'un million de personnes ont déjà reçu des certificats numériques covid européens qui doivent faciliter les voyages cet été au sein de l'UE, a annoncé mardi le commissaire européen Didier Reynders devant les eurodéputés. Ces certificats ont commencé à être délivrés dans neuf pays, a précisé l'exécutif européen. Il s'agit de la Bulgarie, la Croatie, la République tchèque, le Danemark, l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Lituanie et l'Espagne.

Ces documents devront être reconnus par tous les pays de l'UE à partir du 1er juillet, en vertu d'un règlement qui doit être entériné par le Parlement européen lors d'un vote dont le résultat sera annoncé mercredi.

Afin de relancer le tourisme, la Commission européenne tente d'harmoniser les mesures auxquelles seront soumis les voyageurs au sein de l'UE, même si ces décisions sont in fine du ressort des Etats membres. Elle est aussi en discussions avec des pays tiers comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis pour tenter d'aboutir à une reconnaissance mutuelle des certificats.


■ Des ONG remettent au Conseil fédéral une pétition pour un accès universel aux vaccins

Pour faire écho aux négociations de l'OMC concernant la dérogation à la propriété intellectuelle qui reprennent aujourd'hui, Public Eye et Amnesty International ont remis une pétition au président de la Confédération Guy Parmelin. Plus de 20'000 personnes demandent à la Suisse de s'engager sans tarder en faveur d'un accès universel aux vaccins contre le Covid-19. La Croix-Rouge suisse a également lancé un appel en ce sens lundi.

Pour Pablo Cruchon, responsable de campagne chez Amnesty, «la Suisse abrite des entreprises pharmaceutiques qui produisent des tests, certains composants de vaccins ainsi que des traitements destinés à juguler le Covid-19. Elle est donc en position de force pour faciliter un large accès aux soins par la voie multilatérale.»

«Alors que le gouvernement des États-Unis, plusieurs pays européens et une majorité de la population suisse ont annoncé leur soutien à la levée des droits de propriété intellectuelle sur les moyens de lutte contre le Covid-19, la position de blocage idéologique de notre gouvernement n’est plus défendable. Il est temps que nos autorités fassent passer la santé de chacune et chacun avant les profits des pharmas», souligne pour sa part Patrick Durisch, expert politique santé à Public Eye.


■ Pour les Indiennes enceintes, privées de vaccin, la maternité vire au cauchemar

En Inde, de nombreuses femmes enceintes sont terrifiées à l'idée de devoir fréquenter les hôpitaux publics bondés et d'y contracter le Covid-19. «J'ai même peur de passer une échographie, du coup je ne sais toujours pas à quelle date mon bébé est attendu», témoigne à l'AFP Tanya Ashnigdh, enceinte de quatre mois.

Faute de données sur les effets du vaccins sur les femmes enceintes, elles restent exclues de la campagne de vaccination étendue aux adultes de plus de 18 ans en mai, au plus fort de la deuxième vague épidémique. Les mères allaitantes en revanche y ont droit depuis peu. Pourtant, dans un récent rapport, la Fédération indienne des Sociétés d'obstétrique et de gynécologie soulignait que les «avantages très réels» de la vaccination des femmes enceintes l'emportaient sur les risques encourus.

«Le ventre de la femme enceinte devenant de plus en plus volumineux, les poumons se dilatent moins bien et la respiration se fait moins profonde», explique à l'AFP Ranjana Sharma, gynécologue exerçant à l'hôpital Apollo de New Delhi, «sachant que le covid touche les poumons, il est alors d'autant plus difficile de respirer».


■ Le secteur hôtelier tire le bilan de la saison d'hiver

L'hôtellerie suisse a enregistré une chute de 26,4% du nombre de nuitées sur la saison touristique d'hiver, soit 3,4 millions de moins par rapport à l'hiver 2019-2020. La demande étrangère a chuté de 70,1% avec seulement 1,9 million de nuitées. A l'inverse, la demande locale a progressé de 16,5%, totalisant 7,5 millions d'unités.

Comme depuis le début de la crise liée au coronavirus, ce sont les régions citadines qui souffrent le plus de l'absence de touristes internationaux. Ainsi Genève (-68%), les régions zurichoise (-63%) et bâloise (-56%) ont affiché les plus grandes contractions pendant les mois d'hiver. Seul le Tessin a vu le nombre de ses nuitées augmenter, et ce de manière marquée, avec un bond de près de 90%. Même par rapport à l'avant-pandémie, la fréquentation a crû (+11%), grâce aux Suisses.

Les locaux ont privilégié des régions de montagne comme celle de Lucerne/Lac des Quatre-Cantons (+37%), celle de Berne (+32%), le Valais (+25%) et les Grisons (+22%). Cette clientèle a été aussi plus nombreuse qu'à la saison d'hiver 2018/2019.


■ Le marché postal voit son chiffre d'affaires progresser grâce aux colis

La pandémie de coronavirus et le boom des colis qu'elle a engendré ont augmenté le chiffre d'affaires du marché postal suisse de 3% l'an dernier, à 4,2 milliards. Les tendances de fond, notamment l'accélération de la numérisation, se sont également renforcées à cette occasion.

Le nombre d'envois a en revanche reculé de 4,5%. Cette tendance à la baisse s'explique par l'importante diminution des volumes de lettres, journaux et périodiques acheminés. Avec 37%, la part de marché des lettres par rapport aux recettes totales a atteint son plus bas niveau au cours de l'exercice écoulé. Cinq ans plus tôt, ce chiffre dépassait encore la barre des 50%.


■ La Chine se prépare à vacciner les enfants dès 3 ans

La Chine pourra vacciner les enfants dès l'âge de trois ans contre le coronavirus, a annoncé mardi un laboratoire pharmaceutique, ce qui devrait faire du pays le premier du monde à distribuer des vaccins aux jeunes enfants.

Pékin, qui a pratiquement éradiqué l'épidémie sur son sol depuis mai 2020, espère vacciner au moins 70% de sa population d'ici la fin de l'année, soit environ un milliard d'habitants. Dans ce contexte, un porte-parole du laboratoire Sinovac, qui produit l'un des trois vaccins autorisés pour l'heure en Chine, a indiqué à l'AFP que son sérum Coronavac, qui nécessite deux doses, allait pouvoir être distribué aux mineurs. «Le vaccin de Sinovac a été approuvé ces derniers jours pour les trois à 17 ans», a-t-il déclaré à l'AFP.

Le porte-parole n'a pas précisé quand les premières doses pourraient être administrées aux enfants, le calendrier étant selon lui entre les mains du ministère de la Santé.


■ Economiesuisse table sur une croissance de 3,4% en 2021

Economiesuisse estime que la croissance du PIB helvétique en 2021 permettra de compenser le recul affiché l'année dernière. La faîtière économique se veut prudente pour 2022 mais optimiste quant à l'évolution du chômage l'an prochain.

Dans un communiqué mardi, l'organisation économique table sur une progression de 3,4% du PIB en 2021, mais de 2,8% seulement pour l'année suivante. Elle identifie principalement trois risques: une éventuelle dégradation de la situation pandémique – pour le contrecarrer, elle juge essentiel que la majorité de la population soit vaccinée d'ici l'automne –, la politique des taux bas, qui génère une hausse de l'endettement, et la politique internationale, notamment avec les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ou la remise en question des accords bilatéraux entre la Suisse et l'UE.


■ Copa América: le Brésil n'exige plus la vaccination de tous les footballeurs

Le ministre brésilien de la Santé, Marcelo Queiroga, a affirmé lundi que les joueurs des 10 équipes qui disputeront la Copa América-2021 au Brésil ne sont pas obligés de se faire vacciner, contrairement à ce que son gouvernement avait initialement demandé.

«La question du vaccin n'est pas une obligation. Parce qu'il peut provoquer une réaction, et cela pourrait compromettre la compétitivité des joueurs» , a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. «Même si la vaccination était obligatoire en ce moment, ils ne développeraient pas d'immunité d'ici le début de la compétition», a ajouté le ministre, qui a rappelé que d'autres compétitions se déroulent au Brésil sans cette exigence, comme les éliminatoires de la Coupe du monde ou la Copa Libertadores.

Pour en savoir plus: Au Brésil, maudite Copa América


■ Prague en mode réouverture

Le gouvernement tchèque rouvre ses frontières aux ressortissants de pays de l'Union européenne (UE) et aux Serbes dès le 21 juin. Les voyageurs devront présenter un test négatif, une preuve de vaccination ou d'infection passée au coronavirus pour pouvoir franchir les frontières tchèques. Des dispositions similaires étaient déjà en place pour les citoyens allemands, autrichiens, croates, hongrois, polonais, slovaques et slovènes.

Le gouvernement a aussi augmenté lundi la jauge pour les événements culturels, à un millier de personnes en intérieur et 2000 en extérieur. Il a également autorisé les écoliers et leurs enseignants à ne plus porter de masque dans la plupart des régions du pays. Les magasins, restaurants, cinémas, théâtres et salles de concert ont rouvert il y a plusieurs semaines. Mais les restrictions comme l'obligation du port du masque y sont toujours en vigueur.


■ Mariages célébrés de nouveau au City hall de San Francisco 


■ L'Europe touristique rouvre, l'Europe politique aussi


■ Roche décroche le marquage CE pour son autotest contre le Covid-19

Roche a reçu le marquage CE pour son autotest nasal permettant de détecter rapidement chez soi à la maison la présence éventuelle de la Covid-19, grâce à l'utilisation d'un écouvillon nasal, indique le groupe rhénan dans un communiqué mardi.

Ce test, déjà commercialisé dans certains pays européens, sera disponible pour les particuliers dans les pharmacies et autres surfaces de vente.


■ Les anti-vaxx aux Etats-Unis


■ La France dans les starting blocks 

A compter de demain mercredi, la fête pourra continuer jusqu'à 23h00 avec le couvre-feu repoussé de deux heures. Et en cas de pluie, bars et restaurants pourront accueillir les clients en intérieur, plus uniquement en extérieur.

A Paris, les terrasses éphémères qui avaient pullulé à l'été 2020 à la sortie de la première vague de Covid-19, seront pérennisées chaque année du 1er avril au 31 octobre.

Enfin les salles de sports, parcs d'attraction, thalassos et autres casinos rouvrent aussi ce mercredi.