L’essentiel

La majorité des cantons a réduit la durée de la quarantaine pour les cas contacts de 10 à 7 jours.

Plusieurs cantons ont donné lundi le coup d’envoi de la vaccination des enfants. Les 5-11 ans peuvent désormais se faire piquer en Argovie. En Suisse romande, ils devront encore attendre quelques jours.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi.


■ Emmanuel Macron assure vouloir «emmerder» les non-vaccinés

Coutumier des déclarations cinglantes, au risque de déclencher une vive polémique, le président français Emmanuel Macron a ciblé les personnes non-vaccinées lors d’une rencontre avec des lecteurs du Parisien. «J’ai très envie de les emmerder, donc on va continuer de le faire», a-t-il déclaré. «L’immense faute morale des antivax: ils viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen.» Il hausse le ton pour marquer l’importance de la campagne de vaccination alors que le variant Omicron fait grimper les contaminations dans le pays. Si le chef de l’Etat rappelle qu’il «faut les laisser vivre» suite aux mesures annoncées la semaine dernière, nul doute que sa charge crispera une population déjà divisée sur la question du vaccin.


■ La France près des 300 000 cas en 24 heures, le Royaume-Uni dépasse les 200 000

Près de 300 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France au cours des dernières 24 heures, a annoncé mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans un contexte toujours marqué par la flambée du variant Omicron. Même si le ministre n’a pas donné le chiffre précis, ce sera sans doute un record de contaminations quotidiennes. Le dernier en date remonte à fin décembre, avec un peu plus de 230 000 nouveaux cas en une journée.

Le Royaume-Uni, de son côté, a enregistré mardi pour la première fois plus de 200 000 cas supplémentaires de contaminations au coronavirus, un nouveau record atteint alors que la pression se renforce sur les hôpitaux. Selon les chiffres délivrés par le gouvernement, 218 724 tests positifs ont été recensés en 24 heures. Le pays, l’un des plus endeuillés d’Europe avec 148 941 morts, a dénombré mardi 48 décès supplémentaires.


■ Selon un hôpital israélien, la 4e dose multiplie par cinq les anticorps

L’administration d’une quatrième dose du vaccin Pfizer permet de multiplier par cinq les anticorps une semaine après l’injection et protège contre les «complications graves» liées au Covid-19, a indiqué mardi l’hôpital israélien Sheba, près de Tel-Aviv. Une équipe y avait initié la semaine dernière un essai clinique, vaccinant d’une quatrième dose quelque 150 soignants bénévoles ayant reçu une troisième dose il y a plus de quatre mois et dont la quantité d’anticorps semblait avoir décru.

Le Premier ministre Naftali Bennett, dont le gouvernement a déjà donné son feu vert à l’administration d’une quatrième dose aux personnes âgées de 60 ans et plus pour atténuer les effets d’une nouvelle vague de contamination liée au variant Omicron, s’est rendu mardi à l’hôpital Sheba, où les chercheurs l’ont briefé sur ces premiers résultats. «La quatrième dose est sûre, la quatrième dose fonctionne», a-t-il déclaré sur place, se félicitant de voir l’Etat hébreu à «l’avant-poste» de la lutte contre le Covid-19 avec ses campagnes de vaccination, entamées en décembre 2020 et qui ont permis d’offrir une troisième dose de vaccin à plus de la moitié de la population adulte.


■ Quatre nouveaux cantons réduisent la durée des quarantaines

Soleure, Schaffhouse, Glaris et Bâle-Campagne réduisent à leur tour la durée de la quarantaine pour les cas contacts de 10 à 7 jours. Les quatre cantons suivent ainsi les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour lutter contre le Covid-19.

Cette mesure entre en vigueur immédiatement à Glaris, mercredi à Schaffhouse et Bâle-Campagne et lundi prochain à Soleure, ont annoncé mardi les quatre cantons. La quasi-totalité des cantons ont suivi les recommandations de l’OFSP. Seuls les Grisons et l’Argovie n’ont pas encore franchi le pas.


■ Moins de trains au Tessin en raison de personnel malade

Le Covid-19 impacte le système ferroviaire au Tessin et en Italie. En raison de l’absence de conducteurs de train et de mécaniciens malades ou en quarantaine, il y a actuellement moins de trains de la compagnie Tilo qui circulent que d’habitude. Certaines liaisons sont supprimées. C’est le cas pour des lignes entre Chiasso et Côme (I) ou entre Côme et Varèse (I), a indiqué mardi la compagnie ferroviaire italo-suisse dans un communiqué. Au total, 30 trains de moins que prévu sont actuellement en service, a précisé une porte-parole de Tilo à Keystone-ATS. L’horaire allégé est valable jusqu’à dimanche. En ville de Locarno aussi, des cas d’infections ou de quarantaines affectent les horaires de bus. L’horaire du dimanche y prévaut. Concrètement, les bus circulent toutes les 15 minutes au lieu de 10, a expliqué à Keystone-ATS la porte-parole de FART, l’entreprise de transports publics locale.

Les CFF ne sont pas en reste. Selon leur site Internet, la situation est également «de plus en plus tendue». Le nombre d’absences pour cause de maladie augmente et il n’y a parfois «plus de réserves de personnel». Les CFF n’excluent pas d’éventuelles suppressions de trains ces prochains jours «à cause d’annonces de maladie de dernière minute». Le trafic transfrontalier pourrait particulièrement être touché en raison de personnel malade dans les pays voisins. Les voyageurs sont priés de consulter l’horaire en ligne peu avant le départ.


■ New Delhi impose un confinement durant le week-end

La capitale indienne New Delhi a imposé mardi de nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19. Un confinement sera notamment instauré pendant les week-ends pour répondre à une hausse des contaminations jugée «préoccupante» par les autorités. Le gouvernement indien a officiellement recensé 1892 cas liés au variant Omicron. A New Delhi, ville peuplée de 20 millions d’habitants, tous les résidents, à l’exception des travailleurs essentiels, devront rester chez eux de vendredi soir à lundi matin, une mesure dont la durée n’a pas été précisée.

New Delhi et la cité de la technologie Bangalore avaient déjà décrété un couvre-feu à partir de 22h et les bars et restaurants reçu l’ordre de réduire de moitié leur capacité d’accueil. Bombay, la capitale commerciale de l’Inde, a interdit les rassemblements publics de plus de quatre personnes entre 21h et 6h du matin et limité les cérémonies de mariage à 50 invités maximum. L’Inde a commencé à vacciner les adolescents lundi et la campagne de rappel pour les personnes âgées de plus de 60 ans débutera la semaine prochaine. Les personnels de santé ont depuis administré plus de 1,4 milliard de doses de vaccin, mais moins de la moitié de ses 1,3 milliard d’habitants a déjà reçu deux doses, selon les données gouvernementales.

Plus de 200 000 personnes sont mortes du Covid-19 en Inde d’avril à juin 2021 quand l’épidémie a submergé hôpitaux, crématoriums et cimetières. L’Inde est le deuxième pays le plus touché au monde en nombre de cas, avec près de 35 millions de contaminations confirmées. Avec au total 481 000 décès résultant du Covid-19, le pays se classe au troisième rang des plus endeuillés du monde, derrière les Etats-Unis et le Brésil. Toutefois, selon certaines études, le bilan réel de l’Inde pourrait être jusqu’à dix fois plus élevé.


■ «Les hospitalisations vont à nouveau augmenter»

Avec la forte hausse des cas en raison du variant Omicron, les hospitalisations vont à nouveau augmenter ces prochaines semaines, a estimé mardi Patrick Mathys, de l’OFSP. Cela ne conduira cependant pas forcément à une pression supplémentaire sur les soins intensifs.

«Comme attendu, Omicron se répand très rapidement. Il faut donc se préparer à une nouvelle augmentation des hospitalisations», a relevé le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) devant les médias à Berne.

Les données à disposition montrent en effet qu’Omicron conduit plus rarement à des cas graves. Cette évolution posera toutefois quand même un problème pour le système de santé, notamment du point de vue du personnel hospitalier. Patrick Mathys a appelé une nouvelle fois toute la population à limiter les contacts au strict minimum, à suivre les prescriptions sanitaires et à se faire tester dès l’apparition de symptômes.


■ Les cas Delta encore majoritaires à l’hôpital, Omicron en embuscade

Plus de 90% des patients covid dans les hôpitaux sont actuellement infectés par le variant Delta, explique Samia Hurst, vice-présidente de la Task force scientifique de la Confédération, ce mardi devant les médias, à Berne. Mais la transition vers Omicron, dominant en Suisse, est attendue dans les deux prochaines semaines.

Les risques de finir à l’hôpital après avoir été infectés par Omicron sont toutefois inférieurs de moitié qu’avec Delta, poursuit-elle. Mais elle craint quand même une double charge pour les hôpitaux, entre les contaminations du personnel soignant et une surcharge dans l’arrivée de patients. «Un nombre élevé d’hospitalisations diminue la qualité des soins pour tous, aussi dans les services normaux.»

Samia Hurst a aussi mis en garde contre les conséquences de la vague Omicron sur les entreprises privées. Elle les a donc invitées à préparer des mesures pour pouvoir fonctionner sans une partie de leur main-d’œuvre qui serait temporairement isolée. Elle a encore insisté sur les mesures à respecter, comme limiter les contacts, porter le masque à l’intérieur ou effectuer des autotests. Elle a aussi insisté sur la dose de rappel, «essentielle pour enrayer la vague», dit-elle.


■ L’OFSP s’excuse pour son erreur sur les chiffres

Patrick Mathys a présenté ce mardi des excuses au nom de son office après l’erreur sur les chiffres de l’épidémie du coronavirus publiés hier. Près de 20 000 cas n’avaient dans un premier temps pas été comptabilisés.

«Nous sommes conscients que beaucoup de gens, en particulier les journalistes, se basent sur ces chiffres», a relevé le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). «Nous ferons encore plus attention à l’avenir», a-t-il assuré.

Dans un premier temps, l’OFSP avait annoncé un peu plus de 38 000 cas sur 96 heures. Le chiffre complet dépassait en fait les 57 000 cas. L’erreur est due au fait que les chiffres de jeudi dernier n’avaient pas été communiqués séparément, a-t-il expliqué.


■ Mesures renforcées au Tessin pour faire face au variant Omicron

Le Tessin renforce ses mesures de lutte contre le coronavirus. Les spectateurs des grandes manifestations (plus de 1000 personnes) devront désormais respecter la règle des 2G, soit porter un masque et rester assis. Le port du masque sera aussi de rigueur dans les écoles.

Pour réduire l’affluence avant et après les événements, seuls les sièges des tribunes pourront être occupés. Le nombre de spectateurs sera également limité aux deux tiers de la capacité maximale des installations. Cette réglementation cantonale restera en vigueur jusqu’au 16 janvier.

En vue de la rentrée scolaire prévue lundi prochain, le Conseil d’Etat a décidé d’étendre l’obligation du port du masque à partir de la première primaire (3e Harmos). Les procédures resteront les mêmes que celles en vigueur avant Noël à partir de la 4e primaire. Cette mesure sera valable jusqu’au 25 février, début des vacances de carnaval.

Le Département de l’éducation recommande en outre aux parents et aux élèves de tous les niveaux d’effectuer un autotest dimanche, à la veille du retour en classe. En cas de résultat positif, les élèves devront éviter d’aller à l’école durant la première semaine.


■ Pour vacciner rapidement les enfants de 5 à 11 ans

Dans une prise de position commune, la Task Force scientifique et les pédiatres suisses demandent l’introduction de mesures rapides dans les écoles, dont la vaccination contre le Covid-19 des enfants de 5 à 11 ans. Pour eux, les écoles doivent absolument rester ouvertes. Il s’agit d’éviter des interruptions dans la formation et les contacts sociaux.

Lire aussi: Des scientifiques plaident pour une stratégie covid scolaire basée sur la science

Plus vite les enfants seront vaccinés, plus vite cela contribuera à limiter la circulation du virus parmi les jeunes. Cela améliorera aussi le quotidien des enfants. En revanche, la prolongation des vacances scolaires est une demi-mesure. Elle n’aurait de sens que si des mesures similaires étaient mises en place pour la population adulte.

Ils estiment que l’aération appropriée des salles de classes et autres espaces intérieurs est importante. Dans la plupart des cas, des capteurs de CO2 sont un moyen simple et peu coûteux de réduire le risque de transmission du virus par les aérosols.

Sur ce sujet: Quelles mesures pour diminuer la propagation des aérosols dans les écoles?

Egalement, des tests salivaires répétés dans les écoles permettraient d’interrompre les chaînes de transmission et de réduire le nombre de cas positif dans les classes. Dans l’idéal, un test devrait être effectué deux fois par semaine, ou au moins une fois.

Enfin, dans cette période de forte propagation du virus, il est important que les enfants présentant des symptômes restent à la maison. Cela permettrait non seulement d’interrompre la chaîne de transmission du coronavirus, mais aussi celle des virus respiratoires plus virulents comme la grippe.

Lire également: La vaccination des 5-11 ans en quatre questions


■ 20 742 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record

La Suisse compte 20 742 cas supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il y a sept jours, l’OFSP avait annoncé 13 375 cas, soit 7367 de moins.

On déplore 15 décès supplémentaires et 109 malades ont été hospitalisés. Contrairement aux cas, ces chiffres restent stables. Il y a une semaine, on dénombrait 17 décès et 124 hospitalisations supplémentaires.

Actuellement, 658 personnes se trouvent aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 34,60% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 76,00%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 61 328 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 33,8%, contre 26,2% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,37.

Le variant Omicron représente 64,2% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Au total, 67,27% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour l’instant pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 76,55%, indique l’OFSP. Par ailleurs, 64,78% des personnes âgées de 65 ans et plus et 25,85% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.


■ Plus d’un million de cas en un jour aux Etats-Unis

Les Etats-Unis, confrontés à une inquiétante cinquième vague, ont enregistré un record mondial de cas lundi, avec 1 080 211 nouveaux cas sur la journée du 3 janvier, selon le bilan de l’Université Johns Hopkins. Omicron est désormais le variant dominant dans le pays et représentait environ 59% des nouveaux cas sur la semaine qui s’est achevée au 25 décembre, selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Les taux de décès et d’hospitalisation aux États-Unis ont toutefois été beaucoup plus faibles ces dernières semaines que lors des précédentes poussées de covid. Le nombre de décès enregistrés a diminué de 10% d’une semaine sur l’autre avec 9382 morts ces sept derniers jours.

Le pays a enregistré 3,4 millions de cas ces sept derniers jours, soit une moyenne de 486 000 par jour avec un pic le 3 janvier, selon les données de l’Université Johns Hopkins. Le record enregistré par les Etats-Unis lors des précédentes vagues était de 258 000 cas quotidiens, sur la semaine entre le 5 et le 11 janvier 2021.


■ Novak Djokovic annonce son départ pour l’Australie

Le N°1 mondial Novak Djokovic, qui n’a jamais communiqué sur son statut vaccinal, a annoncé ce mardi sur les réseaux sociaux qu’il partait pour l’Australie grâce à une «dérogation», deux semaines avant le début de l’Open d’Australie (17-30 janvier).

«J’ai passé du très bon temps avec ceux que j’aime durant les vacances et aujourd’hui, je pars pour Down Under (l’Australie) grâce à une dérogation», a écrit le Serbe sur son site Instagram. Cette publication était accompagnée d’une photo de lui à l’aéroport avec un sac de raquettes.


■ En Australie, record de cas Omicron et ruée sur les tests

L’Australie a enregistré mardi un record de près de 50 000 cas quotidiens de contaminations au coronavirus, provoquant une ruée de la population sur les tests de dépistage malgré leur coût. Les hospitalisations du pays ont presque doublé en une semaine – pour atteindre 2 362.

Bien que le nombre de patients gravement malades reste plutôt bas, la hausse des cas a entrainé une ruée sur les tests antigéniques rapides, de plus en plus rares, et des files d’attente de plusieurs heures se sont formées devant les centres effectuant des tests PCR, plus fiables. Le Premier ministre Scott Morrison ne s’est cependant pas plié aux demandes de gratuité des tests antigéniques de la part de la population.

L’Australie a contenu les infections pendant une grande partie de la pandémie en fermant les frontières et en suivant une stratégie de dépistage agressive. Sa politique zéro Covid a été cependant mise à mal par la précédente vague du variant Delta, notamment dans les grandes villes de Sydney et Melbourne.


■ Record mondial de plus d’un million de cas par jour aux Etats-Unis

Les Etats-Unis, confrontés à une inquiétante cinquième vague alimentée par le variant Omicron, ont enregistré un record mondial de plus d’un million de cas quotidiens hier, selon le bilan de l’Université Johns Hopkins.

Le Dr Anthony Fauci, principal conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire, avait déclaré dimanche que la hausse du nombre de cas aux Etats-Unis suit une courbe «presque verticale.»


■ En France, les enfants des soignants seront accueillis à l’école en cas de fermeture de classe

Les enfants des soignants continueront d’être accueillis à l’école en cas de fermeture de leurs classes en raison de contaminations par le Covid-19, a annoncé ce mardi matin le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

«Nous avons prévu un accueil partout en France […] des enfants de soignants pour faire en sorte que les soignants puissent continuer à travailler», a-t-il indiqué sur France Inter, précisant que la liste détaillée des professions de santé concernées serait communiquée «dans la journée».


■ Au Danemark on veut croire à «la fin de la pandémie dans deux mois»

Tyra Grove Krause, l’épidémiologiste en chef de l’Institut National du Sérum (Statens Serum Institut) au Danemark, estime que le variant Omicron est une opportunité et se montre optimiste. Elle a même été jusqu’à annoncer «la fin de la pandémie dans deux mois», citant une étude montrant que les risques d’hospitalisation liés à Omicron sont deux fois moins élevés qu’avec le variant Delta.

Nous pourrons reprendre une vie normale

Tyra Grove Krause

Selon elle, «Omicron est là pour rester, et il va permettre une propagation massive de l’infection dans le mois à venir. Quand ce sera terminé, nous serons dans une meilleure situation qu’avant.» Le nombre d’infections dans les pays continue de battre des records.


■ La situation est «moins dramatique que ce que l’on pouvait craindre» selon Daniel Koch

L’ancien chef de la division des maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique affirme dans une interview au Tages Anzeiger que malgré le pic de contaminations dû au variant Omicron, la situation épidémiologique en Suisse «semble moins dramatique que ce que l’on pouvait craindre il y a peu». Daniel Koch souligne qu’il faut se «concentrer sur les hospitalisations. Ce chiffre a évolué de manière plutôt positive pendant les fêtes. Il est plus fiable que le nombre de cas.»

Le fait que le nombre d’hospitalisations reste relativement bas est «bon signe». Le gouvernement a ainsi eu raison, selon lui, de ne pas imposer de nouvelles restrictions entre durant les fêtes. «Omicron est tellement contagieux que pour briser la vague épidémique, il faudrait des mesures si fortes que les effets secondaires seraient plus importants que les bénéfices.»

L’ancien monsieur coronavirus de la Confédération souligne encore que c’est grâce à la vaccination que la majorité de la population est protégée des formes graves de la maladie et donc que les hôpitaux ne sont pas encore surchargés.


■ France: l’examen du pass vaccinal suspendu

Coup de théâtre à l’Assemblée nationale française, où l’examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal a fait l’objet d’une suspension surprise. Une majorité de députés ont refusé par un vote à main levée la poursuite des débats.

Cette suspension saluée bruyamment par l’opposition va faire vraisemblablement dérailler le calendrier d’adoption définitif du texte par le parlement prévu initialement pour la fin de la semaine.

«C’est un camouflet pour le gouvernement», s’est réjoui le député LR Julien Aubert tandis que Jean-Luc Mélenchon, chef de file des «insoumis» s’est félicité d’une «correction» infligée au ministre de la Santé, Olivier Véran.

Le ministre avait auparavant sollicité l’accord de l’hémicycle pour poursuivre les débats après l’heure normale de clôture de l’Assemblée prévue à minuit. «On a la nuit devant nous», avait préalablement ironisé Olivier Véran. Mais cette simple formalité qui devait emmener les députés dans un examen-marathon jusqu’au petit matin, s’est transformée en nouveau couac qui fait désordre en pleine campagne présidentielle.

Il reviendra à la conférence des présidents de groupes parlementaires du Palais Bourbon qui se réunira mardi à 10 heures, d’inscrire la suite de l’examen du texte à l’agenda de l’Assemblée, peut-être dès mardi soir ou mercredi, a avancé une source parlementaire.


■ La Chine confine un million de personnes de plus

La Chine a confiné plus d’un million d’habitants supplémentaires dans une localité du centre du pays après la découverte de trois cas asymptomatiques de Covid-19, à un mois des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin. La ville de Yuzhou, située dans la province du Henan à près de 800 km au sud de Pékin, a annoncé lundi soir à ses 1,2 million d’habitants qu’ils devaient rester chez eux.

Partout à Yuzhou, des «barrières seront positionnées pour appliquer strictement les mesures de prévention», a prévenu la mairie sur son compte officiel Weibo. Toute sortie de la localité est désormais interdite sauf autorisation.

La Chine a fait état mardi de 175 nouveaux cas, dont 95 à Xi’an (nord), où 13 millions d’habitants sont également sous cloche depuis près de deux semaines. Depuis le début de l’épidémie, les autorités appliquent une stratégie «zéro Covid» qui consiste à tout faire pour limiter au maximum la survenue de nouveaux cas.